Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Focus sur Marc Zamansky

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Marc Zamansky, dernier doyen honoraire de la faculté des sciences de Paris

La matérialisation de la pensée scientifique au coeur de Paris

En 1941, élève de l’école normale supérieure de la rue d’Ulm, alors qu’il est encore étudiant, Marc Zamansky entre dans la résistance en intégrant le réseau Mithridate et s'engage dans les Forces françaises libres. Il est arrêté en 1943 et ...

» En savoir +

Quelques dates

  • 1968 : éclatement de la Faculté des sciences
  • 1971 : création de "l'université Paris 6"
  • 1974 : Paris 6 devient "université Pierre et Marie Curie"
  • 2007 : "UPMC", nom officiel de l'université

Marc Zamansky, dernier doyen honoraire de la faculté des sciences de Paris

La matérialisation de la pensée scientifique au coeur de Paris

En 1941, élève de l’école normale supérieure de la rue d’Ulm, alors qu’il est encore étudiant, Marc Zamansky entre dans la résistance en intégrant le réseau Mithridate et s'engage dans les Forces françaises libres. Il est arrêté en 1943 et déporté au camp de concentration de Mauthausen d’où il est libéré en 1945. à son retour en France, il passe l’agrégation de mathématiques et soutient sa thèse sur les théories de l'approximation des fonctions périodiques, écrit en collaboration avec Charles Pisot. Il devient enseignant et arrive à Paris en 1955. Son traité de mathématiques générales devient l'ouvrage de référence pour l’enseignement de propédeutique en mathématiques entre 1960 et 1970.

Fervent défenseur de la modernisation de l’université française, il est élu doyen de la faculté des sciences de Paris en 1961. La période est alors complexe car le campus est à construire entièrement et vite pour désengorger la Sorbonne et faire face au nombre croissant d’étudiants ; conforté en 1962 par le soutien de Malraux dans son ambition de voir progresser rapidement les travaux, il trouve satisfaction devant le projet architectural moderne et ambitieux d’édouard Albert. Suite à mai 1968, il préconise le maintien d'une université scientifique à part entière, et se déclare partisan d'une « sélection à l'entrée de l'université plutôt que par l'échec » ; en butte à la contestation de mai 1968 et en désaccord avec les projets du gouvernement sur les universités, il démissionna. La faculté des sciences de Paris disparait formellement en 1970 pour laisser la place aux universités siamoises de Paris 6 et 7.

L’UPMC a souhaité donner à la tour, récemment réhabilitée, le nom de cet homme qui aimait à définir le campus comme « la matérialisation de la pensée scientifique au coeur de Paris ». Cette attention rend également hommage à l’homme de sciences et de pédagogie qu’il était comme en témoigne l’ancien président Jean-Charles Pomerol, qui fut élève de Zamansky.