Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Observatoire des sciences de l'Univers - Ecce Terra - UMS 3455

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Coordination du pôle Terre vivante et environnement :

- Laurence Eymard,

- Philippe Agard

Terre vivante et environnement

  • 840 enseignants-chercheurs et chercheurs
  • 740 personnels d'appui à la recherche
  • 520 doctorants
  • 22 unités de recherche
  • 3 écoles doctorales

Observatoire des sciences de l’Univers - Ecce Terra - UMS 3455

L'Observatoire des sciences de l'Univers (OSU) "Ecce Terra" Paris-Centre, a été créé début 2011.

Il regroupe  les laboratoires travaillant dans les domaines de l’environnement terrestre, de la terre profonde à l'atmosphère.

Les enjeux principaux en sont le climat, les mécanismes physiques et biologiques dans les sols et l'océan, les ressources et les risques.

Cet OSU est un support pour les services d’observation, les bases de données, les plates formes techniques et les outils de modélisation communs à l’ensemble des laboratoires appartenant ou partenaires de  l’UPMC.

L’importance des préoccupations environnementales, les questions scientifiques et les risques qu’il faut maîtriser font appel à des travaux interdisciplinaires combinant  les observations dans les différents milieux (l’atmosphère, l’océan, les surfaces continentales, la terre profonde et en santé).

Le grand défi de l’OSU est de passer de l’approche « étude du changement climatique » à l’approche « étude du changement global ».

Adjoindre et coupler à la problématique du changement climatique, la connaissance et les impacts (actuels ou passés) des altérations anthropiques (pollution généralisée, usage des terres et changements d’usage, utilisation des ressources) rend nécessaire de prendre en compte maints aspects disciplinaires (résilience des écosystèmes, adaptabilité, réponses aux stress, physiologie, érosion de la biodiversité, modifications du fonctionnement des grands cycles éco-biogéochimiques, espèces invasives, évolution du génome...) qu'il faut mettre en synergie avec les composantes physico-chimiques.

La création de l’OSU « Ecce Terra »  permet de :

  • participer à l’organisation des recherches en environnement ;
  • gérer les plateformes communes et favoriser des actions à caractère fédératif dans le domaine de l’observation, en appuyant les actions entre laboratoires.

L'OSU Ecce TerraNouvelle fenêtre est dirigé par Laurence Eymard



28/01/14