Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

La campagne océanographique WAPITI, Jean-Baptiste Sallée

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

La campagne océanographique WAPITI, Jean-Baptiste Sallée

Du 9 janvier au 1er mars 2017, en mer de Weddell en Antarctique

D. R.

La formation d'eaux abyssales sur le pourtour du continent antarctique contrôle l'intensité de la circulation océanique mondiale et elle est intimement associée aux interactions entre océan et calotte glaciaire. Or, plus de 50 % de cette eau abyssale est formée en mer de Weddell, soit dans une petite portion seulement de la bande circumpolaire antarctique. Les variabilités de la circulation en mer de Weddell peuvent ainsi conduire à des modifications de la fonte de la calotte glaciaire (avec des implications sur la montée globale du niveau des océans) et de la production d'eau abyssale (avec des implications sur le stockage de chaleur et de carbone par l’océan), et par voie de conséquence à des changements majeurs du climat global. Le projet WAPITI vise à étudier la dynamique contrôlant la circulation dans la mer de Weddell, à savoir les interactions de la circulation avec la glace de mer et l'atmosphère.

 

 

 

À gauche, navire de recherche dans les vagues de l’océan Austral. Campagne JR281 James Clark Ross, 2013. À droite, les moyens déployés Navire de recherche devant un glacier flottant antarctique. Campagne V6 Aurora Australis, 2008

 

Pour remplir les objectifs de la campagne dans cette région au climat particulièrement hostile, une série d'innovations expérimentales ont été réalisées qui ont permis de mettre au point :

  • des flotteurs robotisés pouvant explorer l'océan sous la glace de mer, tout en se positionnant et en communiquant leur position par onde sonore ;
  • des robots autonomes capables de sillonner les abysses océaniques.

D’autres moyens plus courants seront utilisés comme des mouillages instrumentés, des capteurs portés par des phoques… Seront effectuées des mesures de courant, température et salinité, des mesures des caractéristiques isotopiques de l'eau (pour déterminer le passé de l'eau comme l’origine de fonte glaciaire), des mesures bio-géochimiques afin de déterminer le captage de carbone par l'océan polaire.

Pour en savoir plus :

Le site de la campagne WAPITINouvelle fenêtre

 

Soutiens : cette campagne a été financée par l’ERC starting grant WAPITI et a reçu le soutien logistique du British Antarctic survey.

 

Partenaires : UPMC, CNRS, BAS (UK) et FSU (USA)

 

Laboratoire français impliqué :

Laboratoire d'océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (LOCEAN, UPMC/CNRS/MNHN/IRD) Nouvelle fenêtre

 

Source : INSU/CNRS.



21/07/16