Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Algues brunes, plantes, animaux : même combat contre l’agression

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Algues brunes, plantes, animaux : même combat contre l’agression

Les algues brunes marines sont des végétaux n'ayant ni fleurs, ni canaux pour conduire la sève et pourtant elles révèlent des adaptations de leur système immunitaire qui convergent avec les mêmes mécanismes chez les plantes, mais aussi les animaux. Des chercheurs du Laboratoire de biologie intégrative des modèles marins (CNRS/UPMC) de la Station biologique de Roscoff viennent de mettre en évidence pour la première fois des mécanismes de défense systémique chez les grandes algues brunes. Lorsqu’une algue est attaquée par un pathogène ou un brouteur, elle se révèle capable de mettre en place des défenses actives non seulement localement, mais aussi à distance dans les autres parties de l’algue éloignées du lieu de l’attaque. La propagation de signaux le long de son thalle qui est l’équivalent des feuilles chez les plantes, lui permet ainsi de se protéger intégralement contre de nouvelles attaques d’herbivores ou de pathogènes. Ces travaux sont publiés dans la revue New Phytologist. Lire l’intégralité de l’article sur le site de l’INSB du CNRSNouvelle fenêtre.

 

La propagation d’un signal systémique le long des lames de la grande algue brune Laminaria digitata (à droite) induit une meilleure résistance contre les helcions brouteurs (Patella pellucida) (à gauche) qui se nourrissent exclusivement de cette algue. © F. Thomas, SBR CNRS/UPMC. © C. Leblanc, SBR CNRS/UPMC

Pour en savoir plus :

Laboratoire de biologie intégrative des modèles marins (CNRS/UPMC)Nouvelle fenêtre

 

Référence :

Kelps feature systemic defense responses: insights into the evolution of innate immunity in multicellular eukaryotes. François Thomas, Audrey Cosse, Sophie Le Panse, Bernard Kloareg, Philippe Potin, Catherine Leblanc. New Phytologist (2014), doi : 10.1111/nph.12925Nouvelle fenêtre

 

Contact chercheurs : Catherine Leblanc l 02 98 29 23 32 et Philippe Potin l 02 98 29 23 7



23/07/14