Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Les mathématiciens italiens dans la tourmente de la Première Guerre mondiale

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Les mathématiciens italiens dans la tourmente de la Première Guerre mondiale

23 mai 1915. L'Italie déclare la guerre à l’Autriche. À l'occasion des commémorations du Centenaire, la Lettera Matematica International Edition a fait paraître un numéro thématique consacré à l'attitude des mathématiciens italiens pendant le conflit. Ce volume collectif est dirigé par Laurent Mazliak, maître de conférences UPMC au laboratoire de probabilités et modèles aléatoires (LPMA, CNRS/UPMC/Université Paris Diderot) et Rossana Tazzioli, professeur à l’université de Lille 1 et membre du laboratoire Paul Painlevé.

 

Entre juillet 1914 et mai 1915, l'opinion publique italienne s’interroge sur la pertinence d’une intervention de la Péninsule dans le conflit mondial. Le mathématicien Vito Volterra, professeur à l’université de Rome, se fait le porte-flambeau des interventionnistes. D'autres, plus isolés, comme le plus pacifiste des poètes et romanciers, Aldo Palazzeschi, un des théoriciens du « futurisme », à l'instar du mathématicien Tullio Levi-Civita, s'opposent à cette intervention. Mais les historiens s’accordent néanmoins sur le soutien de la majeure partie des intellectuels italiens en faveur d’un plein engagement de l’Italie au côté des Alliés (France, Angleterre et Russie) contre les Empires Centraux. L'Italie entre en guerre en mai 1915.

 

Carte postale, cartolina postale. © Collection personnelle de R. Tazzioli

 

Les différents auteurs de ce numéro proposent des pistes de réflexion sur le rôle des mathématiciens italiens dans cette période troublée, tiraillés entre une totale adhésion au conflit et une volonté de laisser passer la tempête en attendant des temps meilleurs. Cette période noire de l’Histoire a signé de façon brutale l’entrée dans le XXe siècle de la communauté scientifique et de la société italienne dans son ensemble, période qui allait ensuite se poursuivre avec la prise du pouvoir par Mussolini.

Pour en savoir plus :

Laboratoire de probabilités et modèles aléatoires (LPMA, CNRS/UPMC/Université Paris Diderot)Nouvelle fenêtre

Laboratoire Paul Painlevé (CNRS/Université des sciences et techniques de Lille/Inria)Nouvelle fenêtre

 

Références :

The calculated victory. Italian mathematicians and the Great WarNouvelle fenêtre. Edited by Laurent Mazliak (Université Pierre et Marie Curie, Paris) and Rossana Tazzioli (Université de Lille 1). Lettera Matematica International, Volume 3, issue 1. June 2015.

 

Sommaire :

  • Laurent Mazliak, Rossana Tazzioli. ‘To each according to his trade’: Italian mathematicians at war.
  • Martina Schiavon. Phonotelemetry: sound-ranging techniques in World War I.
  • Pietro Nastasi. A mathematician in the ‘Great War’: Mauro Picone.
  • Mauro Comoglio. A mathematician goes to war: the brief life of Eugenio Elia Levi.
  • Sandra Linguerri. Vito Volterra at the front: from the Office of Inventions to the Italian National Research Council.
  • Jean-Guy Prévost. The long Great War of the Italian statisticians.
  • Laurent Mazliak, Rossana Tazzioli. From the Italian-Austrian front: selected writings by Italian mathematicians at war.



02/06/15