Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

De AUTOMICS à INTENTO : un pas de géant dans le monde des puces électroniques

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

De AUTOMICS à INTENTO : un pas de géant dans le monde des puces électroniques

La conception assistée par ordinateur permet de créer et de tester virtuellement des produits manufacturés. Mais pour en optimiser le design et la fabrication, les logiciels actuellement disponibles sur le marché doivent tourner en boucles selon des itérations successives extrêmement longues et particulièrement consommatrices en temps d’exécution et en mémoire. Ramy Iskander, maître de conférences UPMC au laboratoire d’informatique de Paris 6 (LIP6, UPMC/CNRS) développe des algorithmes dédiés à la conception, la simulation et la vérification structurées de circuits analogiques intégrés qui leur font gagner en efficacité et en robustesse. Coordonnateur du projet européen AUTOMICS, il est désormais à la tête (CEO, chief executive officer) de la société INTENTO DESIGN.

 

Nouvelle fenêtre

© La bande destinéeNouvelle fenêtre

 

Nos objets de la vie quotidienne sont truffés de composants électroniques. Mais ne représentent-ils pas un risque pour les utilisateurs ?

Ramy Iskander. Les circuits intégrés sont les « briques élémentaires » d’assemblages électroniques plus ou moins complexes. On en trouve partout, en particulier dans les tableaux de bord des automobiles (systèmes de freinage, airbags, climatisation, moteurs…). Or, aussi précis et performants soient-ils, tous ces systèmes sur puce sont soumis à des sollicitations extrêmes qui peuvent conduire à toute sorte de pannes et dommages difficilement prévisibles.

 

Le fabricant se trouve donc face à un dilemme : il doit proposer des véhicules robustes et sécurisés tout en réduisant le coût de l'électronique et donc le prix de vente. Or, avant de parvenir à un produit efficace et fiable, il lui faut réaliser une batterie de tests à la fois coûteux et chronophages, les temps de simulation étant extrêmement longs (entre quelques heures et plusieurs jours).

 

C’est là que vous intervenez avec le projet AUTOMICS, en particulier dans le domaine de l’automobile.

R. I. Nous sommes partis du constat suivant : les constructeurs automobiles ont des difficultés à modéliser de façon précise l’injection des porteurs minoritaires et leur propagation dans le substrat et à prédire d’éventuelles perturbations dans les circuits intégrés dues à de fortes tensions et à des températures élevées.

 

Le projet AUTOMICS (Pragmatic solution for parasitic-immune design of electronics ICs for automotive) financé par le 7e programme cadre européen FP7 ICT a permis d’étudier les couplages parasites dans les circuits intégrés mixtes de type « smart power ». Nous avons conçu et développé un logiciel automatisé qui simule la puce dans son intégralité en tenant compte des plans de masques du circuit et en faisant une modélisation 3D du dispositif dédiée au simulateur analogique standard. En outre, les simulations ne durent que quelques minutes, ce qui représente un gain de temps considérable.

 

En quelques années à peine, vous êtes passé d’un sujet purement académique et fondamental à des problématiques industrielles. Comment la transition s’est-elle opérée ?

R. I. Le projet AUTOMICS a été financé à hauteur de 3,55 millions d'euros par différents acteurs académiques (dont l’UPMC) et industriels. En parallèle, nous avons pu bénéficier de l’aide support de l'UPMC et d’un financement de 400K€ de la SATT Lutech pour un projet de transfert de technologie basée sur mes travaux de recherche au sein de l'UPMC dans le domaine de la conception automatisée des circuits intégrés analogiques.

 

La première version développée en 14 mois a remporté le concours OSEO dans la catégorie « Émergence » (35K€). En 2014, nous avons placé le projet en incubation à AGORANOV. En 2015, l'UPMC nous a accordé l'exclusivité sur les brevets ce qui a donné lieu à une levée de fonds d'amorçage de 800K€ auprès de Seventure et nous a permis d'obtenir un fonds de dotation de 100K€ auprès de FOREIS. À l’automne 2015, j'ai lancé la société INTENTO DESIGN et ai recruté cinq jeunes docteurs venant d’horizons scientifiques différents mais complémentaires.

 

Nous avons conclu un accord de partenariat avec la société Cadence Design Systems à San Francisco pour participer au Connections program qui accompagne les jeunes entreprises innovantes dans le domaine des semi-conducteurs. Pour sûr, le monde des circuits intégrés sécurisés a un bel avenir devant lui.

Pour en savoir plus :

Laboratoire d’informatique de Paris (LIP6, UPMC/CNRS)Nouvelle fenêtre

 

AUTOMICSNouvelle fenêtre (le projet en anglais)

 

Les partenaires d’AUTOMICS :

UPMCNouvelle fenêtreÉcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)Nouvelle fenêtreUniversité Paul SabatierNouvelle fenêtreValeoNouvelle fenêtreAMSNouvelle fenêtreSTMicroelectronicsNouvelle fenêtreContinentalNouvelle fenêtreAdMOSNouvelle fenêtre

 

À lire : « When the Chips are Down: Making Electronics Safer, More Reliable and Cheaper »Nouvelle fenêtre

 

INTENTO DESIGNNouvelle fenêtre

96 bis, Bd Raspail, 75006 Paris, France



22/06/16