Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Démarrage de la saison 2016 de physique au LHC

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Démarrage de la saison 2016 de physique au LHC

Le 25 mars 2016, le Grand collisionneur de hadrons (LHC) du Cern a été remis en service après sa pause hivernale. Accélérateurs et expériences ont fait l’objet de réglages au moyen de faisceaux de faible intensité et de collisions pilotes de protons. Pour la 2e année consécutive le LHC fonctionnera à une énergie de collision de 13 TeV. Cette montée en énergie ouvre une fenêtre sur un domaine d’énergie encore inexploré. La quantité de données enregistrées en 2016 permettra d’étudier plus en détail ce domaine et de trouver d’éventuels indices de nouvelle physique au-delà du modèle standard.

 

Vignette : une collision proton-proton enregistrée par le détecteur ATLAS durant la phase de mise en service du LHC, avec des faisceaux de basse intensité (Image : ATLAS)

 

Les laboratoires français impliqués dans le LHC :

  • Centre de physique des particules de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université)
  • Institut pluridisciplinaire Hubert Curien (CNRS/Université de Strasbourg)
  • Institut de physique nucléaire de Lyon (CNRS/Université de Lyon)
  • Institut de physique nucléaire d’Orsay (CNRS/Université Paris-Sud)
  • Laboratoire de l’accélérateur linéaire à Orsay (CNRS/Université Paris-Sud)
  • Laboratoire d’Annecy le Vieux de physique des particules à Annecy (CNRS/Université de Savoie)
  • Laboratoire Leprince-Ringuet à Palaiseau (CNRS/École Polytechnique)
  • Laboratoire de physique nucléaire et de hautes énergies à Paris (LPNHE, CNRS/UPMC/Université Paris Diderot)Nouvelle fenêtre
  • Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie à Grenoble (CNRS/Université Joseph Fourier)
  • Laboratoire de physique subatomique et des technologies associées à Nantes (CNRS/Université de Nantes/Ecole des Mines de Nantes)
  • Centre de calcul de l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules du CNRS
  • Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’Univers (CEA-Irfu)

Source : IN2P3/CNRS



20/05/16