Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

NanoQIP: Nanofibres pour le traitement quantique de l'information

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

NanoQIP : Nanofibres pour le traitement quantique de l'information

L'objectif du projet NanoQIP porté par Julien Laurat, maître de conférences au laboratoire Kastler-Brossel (LKB, ENS/UPMC/CNRS), est de développer des interfaces entièrement fibrées entre lumière et atomes.

 

Pour cela, des nanofibres seront réalisées : avec un diamètre très petit, elles permettront à la fois de piéger tout autour de leur surface des atomes et de contrôler et interroger ces mêmes atomes grâce à la lumière circulant dans la fibre. Ces interfaces permettront diverses applications : générer des photons uniques à la demande, stocker de l’information quantique dans des mémoires, développer de futurs réseaux quantiques constitués d’ensembles d’atomes connectés par fibres. Elles permettront également d’interfacer des atomes avec les systèmes quantiques qui voient le jour à l’échelle nanométrique, tels que des résonateurs mécaniques ou des circuits supraconducteurs, en permettant de les approcher très proche de leur surface. Cela permettra d’étudier de nouveaux systèmes quantiques dits « hybrides » où lumière, atomes, et dispositifs nanométriques interagiront.

 

Pour en savoir plus :

Laboratoire Kastler BrosselNouvelle fenêtre

 

 

Photo : tirage d'une fibre optique sous flamme. @ LKB

 



05/12/12