Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Des populations naturelles de lézards perturbées par le changement climatique

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

Des populations naturelles de lézards perturbées par le changement climatique

Le changement climatique actuel est une véritable menace pour la biodiversité. De nombreuses études ont abouti à un même constat : la plupart des types d’organismes (des plantes aux vertébrés) ont déjà réagi à la première phase du réchauffement climatique. Si la diversité globale des effets observés est assez grande, on sait encore peu de choses sur la multiplicité des effets chez une seule et même espèce.

 

Le lézard vivipare a d’ores et déjà montré une grande réactivité au réchauffement climatique observé dans le sud de la France. D. R.

 

Manuel Massot a pu montrer un grand nombre d’effets du réchauffement sur des populations naturelles du lézard vivipare (Zootoca vivipara). En effet, une augmentation locale des températures dans la zone de suivi (Mont-Lozère, Cévennes) a modifié de nombreux aspects dans ses populations d’étude. Ce réchauffement a induit un accroissement de 28% de la taille des jeunes et de 12% de la taille des femelles adultes, une augmentation de 25% de la taille des portées, une réduction de 50% des mouvements de dispersion (départ définitif du lieu de vie), un avancement des dates de ponte de dix jours, ainsi qu’une modification dans la composition des populations (changement dans la fréquence de morphes liés à des colorations dorsales). Ces réponses très marquées et diversifiées ont témoigné d’un clair bouleversement du fonctionnement des populations. Ceci illustre aussi la complexité possible des réponses des espèces au changement climatique.

 

Manuel Massot est chargé de recherche CNRS à l’Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (iEES, CNRS/UPMC/IRD/Université Paris-Est-Créteil Val de Marne/Inra/Université Paris Diderot).

Pour en savoir plus :

Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (iEES, CNRS/UPMC/IRD/Université Paris-Est-Créteil Val de Marne/Inra/Université Paris Diderot)Nouvelle fenêtre

 



15/05/15