Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Elza, en stage de M2 à Harvard

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Temoignages d'étudiants

La mobilité internationale, c’est l’occasion de se distinguer par un parcours académique original, une ouverture culturelle, une meilleure faculté d’adaptation, la connaissance de nouvelles langues. C’est aussi le meilleur moyen de construire un réseau professionnel solide.

Aujourd’hui à l’UPMC, 300 ...

» En savoir +

Contact

Direction des relations internationales

Parvis Jussieu

Tour Zamansky

16e étage 
Sabine Lopez, directrice des relations internationales

Secrétariat :  Mme Séverine Elizabeth-Maury

tél. +33(0)1 44 27 26 74

Courriel

Elza, en stage de M2 à Harvard (Etats-Unis)

Elza, étudiante en master biologie moléculaire et cellulaire, spécialisée en immunologie a décidé de partir pour quelques mois en mobilité de stage. Son choix s’est porté sur l’université de Harvard, aux Etats-Unis. De retour en France, elle a souhaité partager son vécu avec les autres étudiants de l’UPMC.

 

Pourquoi avez-vous décidé d’effectuer votre stage de M2 à l’étranger ?

J’ai fait un semestre au Brésil lors de mon M1 dans le cadre du programme international du master Sciences et Technologies, mention Biologie moléculaire et cellulaire et je souhaitais repartir à l’étranger dans le cadre de mes études. Quand j’ai eu l’opportunité de faire mon stage de M2 à Harvard, j’ai sauté sur l’occasion!

Comment s'est passée votre installation à Harvard ?

Je ne vais pas mentir j’ai vraiment eu des difficultés au départ, les américains ont une façon différente de travailler en laboratoire et j’ai dû assumer des responsabilités et prendre des décisions pour lesquelles je n’étais pas préparée. Mais tout s’est très bien passé une fois habituée au rythme et j’ai rencontré des collègues et amis extraordinaires.

Le travail demandé dans un laboratoire à Harvard était-il différent de celui demandé à l’UPMC?

A Harvard, je devais fonctionner de façon autonome et fournir les résultats de mes expériences chaque soir avant de partir. Je parle de ‘soir’ mais il pouvait aussi très bien s’agir de nuits puisque les expériences débordaient souvent et il m’arrivait de passer une grande partie de ma journée (et soirée) au laboratoire. Cependant, je disposais de moyens illimités et j’étais libre dans toutes mes manipulations (à condition, bien sûr, d’aboutir à des résultats concrets), ce qui était terriblement excitant.

Comment avez-vous trouvé votre logement (quel type de logement, le prix, la distance avec le campus...) ?

J’ai posté des annonces sur des groupes Facebook et j’ai été contactée par mes futurs colocataires. C’était un couple de chercheurs américains, allant aussi à Harvard. J’habitais à 15 mn à pied (ou 5 mn en bus s’il neigeait!) de l’hôpital où était mon laboratoire. L’appartement était assez grand et j’avais ma propre chambre.

Avez-vous pu vous intégrer facilement à la population bostonienne?

Un grand oui! J’ai rencontré des personnes exceptionnelles avec lesquelles je suis toujours en contact et j’aimerais retourner les voir à Boston le plus vite possible. Mes amis étaient pour la plupart francophone et/ou européens mais j’ai aussi vécu des aventures inoubliables avec des amis américains!

Quels conseils pourriez-vous donner à ceux qui souhaitent partir en mobilité à Harvard?

La vie aux Etats-Unis, et plus particulièrement à Boston est chère, donc essayez d’obtenir une bourse en contactant la Direction des Relations Internationales ou d’économiser un peu par vos propres moyens avant votre départ. Ne vous faites surtout pas de soucis vis-à-vis de l’anglais, il y a beaucoup d’étudiants et de chercheurs internationaux qui auront un bien pire accent que vous et/ou trouveront votre accent français très mignon.

De façon générale, que vous a apporté cette mobilité académique aux Etats-Unis?

Cette mobilité m’a apportée énormément, d’un point de vue professionnel comme personnel. J’ai appris à fournir un travail intense en laboratoire, j’ai eu l’occasion de faire la connaissance d’enseignants et de chercheurs qui sont les meilleurs dans leur domaine ainsi que de me familiariser avec la culture américaine.



22/09/16