Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

spécialité microbiologie (M2)

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Rechercher un diplome

  • Rechercher par :
  • Rechercher un diplôme

A voir

spécialité microbiologie (M2)

Cette spécialité́ propose cinq parcours accueillant annuellement environ 70 étudiants. Quatre de ces parcours proposent une formation par la recherche, à savoir les parcours "Bactériologie", "Microbiologie-Environnement-Santé" (MES), "Parasitologie-Mycologie" et "Virologie", tandis que le parcours "Qualité-Environnement-Sécurité sanitaire" (QUESS) est réalisé par alternance et par apprentissage (recrutement principal en M1). La spécialité forme les étudiants aux enjeux les plus innovants de la microbiologie dans les domaines de la santé, de l’environnement, de la compréhension des écosystèmes, de la gestion des risques, de la valorisation des microorganismes ou de la conception de nouvelles stratégies de surveillance et de lutte contre les pathogènes. Elle s’appuie sur l’acquisition des concepts fondamentaux et des compétences opérationnelles propres à chacun des secteurs concernés (bactériologie, virologie, parasitologie, mycologie) et sur le développement d’une expertise transversale dans les autres secteurs de la biologie dont elle relève (immunologie, écologie, biochimie, génétique, biologie cellulaire). En intégrant des modules de connaissance de l’entreprise, les parcours peuvent être construits de façon à favoriser l’acquisition de compétences transverses dans le domaine du management, de l’innovation ou de la valorisation par exemple.

Selon les parcours et la nature du stage obligatoire, cette spécialité́ ouvre à la poursuite d’étude (doctorat ou double-cursus) ou à une insertion immédiate dans le monde professionnel dans les domaines de la santé, de l’environnement, des biotechnologies, ou encore de l’agroalimentaire (cadres R&D, activités d’expertise et de conseil, responsables qualité́, ...).

La force de cette formation s’appuie notamment sur (1) des partenariats privilégies avec les Universités Paris-Descartes et Paris-Diderot ainsi que l’Institut Pasteur (parcours "Bactériologie" et "Virologie"), le Muséum National d’Histoire Naturelle (parcours "Microbiologie-Environnement-Santé) et le CFA-UPMC (parcours en alternance "Qualité-Environnement-Sécutité sanitaire"), (2) l’accès à des plateformes technologiques de premier ordre (Observatoire Océanologique de Banyuls-sur-mer, Muséum National d'Histoire Naturelle, Institut Pasteur, ...), (3) l’existence d’un réseau de laboratoires experts en France et à l’étranger et (4) les relations privilégiées nouées avec les entreprises des secteurs concernés.

Compétences

Compétences disciplinaires :

  • avoir une connaissance approfondie de la biologie en général, et une bonne perception des enjeux de la microbiologie et de ses impacts sociétaux à l’échelle nationale et internationale,
  • maîtriser les techniques usuelles de l’information, les méthodes de base de biologie moléculaire, de biochimie et de biologie cellulaire ; avoir une connaissance des outils bio-informatiques, de l’immunologie et/ou de l’épidémiologie peut être requise dans certains secteurs,
  • savoir identifier une question scientifique originale, en regard de l’état des connaissances,
  • mettre en oeuvre une démarche expérimentale en réponse à un objectif de recherche précis ou à une mission dont les objectifs sont définis ; identifier les approches opérationnelles et technologiques les plus pertinentes dans le respect des contraintes de coût, d’expertise et des moyens humains et matériels disponibles.

Compétences transversales :

  • savoir gérer et exploiter les ressources bibliographiques (bases de données, journaux scientifiques en ligne etc.),
  • savoir extraire l’information pertinente essentielle à la compréhension d’un sujet, la mettre en forme de façon synthétique, savoir la discuter, la présenter et en extraire des questions originales ; être en mesure d’en faire une restitution orale ou écrite selon les standards internationaux, en français ou en anglais,
  • savoir s’adapter au monde professionnel, dans le domaine académique ou en entreprise, et travailler en équipe,
  • savoir communiquer ses résultats (exposé oral ou par affiche, rédaction de rapport écrit) et défendre un projet devant des contradicteurs,
  • savoir apprécier la qualité et la pertinence d’un travail ou d’une démarche scientifique,
  • maîtriser l’anglais scientifique.
Mots clés

Infectiologie, microbiologie, parasitologie, mycologie, virologie, bactériologie, environnement, qualité, santé, valorisation, biotechnologies

Débouchés professionnels

Ces parcours forment de futurs cadres dans les secteurs de la recherche académique, en entreprise ou dans les collectivités. Ils s’ouvrent par conséquent aux métiers de la recherche et de l’enseignement ainsi qu'à des postes de cadres dans les domaines de la recherche appliquée, du conseil et/ou de l’analyse et de la gestion des risques sanitaires.

Des poursuites d’études en thèse ou l’acquisition d’une double compétence (management, valorisation, politiques publiques, études médicales, etc.) peuvent éventuellement compléter un cursus dont l’objectif reste de former des acteurs polyvalents aptes à répondre à un large panel d’offres d’emploi dans des domaines dans lesquels une expertise en microbiologie est requise .

Organisation

La spécialité microbiologie comprend 5 parcours :

- "Bactériologie" incluant les deux options "Microbiologie générale" et "Bactériologie moléculaire et médicale" (formation de septembre à juin) :

Le parcours "Bactériologie" forme les étudiants aux concepts et aux approches de la microbiologie moderne. Sont abordées les notions de biodiversité́ et de phylogénie, de régulation de l’expression génétique, de relations hôtes- pathogènes incluant les réponses de l’hôte, d’identification des facteurs de virulence, les mécanismes de pathogénicité́ et les moyens de les contrôler, la transduction de signaux et les mécanismes adaptatifs chez les bactéries, archées et eucaryotes unicellulaires. Des aspects plus finalisés comme l’identification des bactéries pathogènes, la résistance aux antibiotiques et les moyens de contrôle antimicrobien ainsi que les biotechnologies microbiennes sont également présentés. Les enseignements sont organisés par l’Université Pierre et Marie Curie en partenariat, selon l’option, avec les universités Paris-Diderot, Paris-Descartes ou le Centre d’Enseignement de l’Institut Pasteur.

 

- "Virologie" incluant les deux options "Virologie fondamentale" et "Virologie moléculaire et médicale" (formation de septembre à juin) :

La virologie intègre des concepts issus de la biologie cellulaire, de l’immunologie, de la génétique, de la biochimie et de la biologie des systèmes afin de proposer une approche cognitive des interrelations entre les virus et leurs hôtes. Cette démarche, qui s’inscrit à l’interface entre sciences biologiques fondamentales et médicales, vise à mieux comprendre les virus afin de développer les stratégies qui devront être opposées aux défis que nous opposent les infections persistantes (VIH, hépatites B et C, herpesvirus, …), les infections transformantes (cancers associés aux virus), l’éradication des infections anciennes (poliomyélite) et la lutte contre les nouvelles infections, dites émergentes (SRAS, arboviroses émergentes, etc). Réunissant les meilleurs experts nationaux et internationaux du domaine, le parcours est animé par un comité de cours associant les Universités Pierre et Marie Curie, Paris-Diderot, et Paris-Descartes ainsi que le Centre d’Enseignement de l’Institut Pasteur. Deux options permettent d’aborder les mêmes thèmes sous deux angles différents. L’option "Virologie moléculaire et médicale" aborde la physiopathologique des infections virales pour s’intéresser in fine aux interrelations moléculaires entre virus et cellules cibles. Les enseignements de l’option "Virologie fondamentale" s’attache à l’inverse à présenter d’abord les notions les plus fondamentales afin d’expliquer secondairement les conséquences physiopathologiques des infections virales. Les deux options forment les étudiants aux mêmes notions, associant les concepts les plus innovant de la virologie à ceux de l’immunologie, de la génétique virale, de l’épidémiologie, de la biochimie structurale, l’ensemble formant une approche très intégrée de cette discipline.

- Parasitologie - Mycologie (formation de septembre à juin) :

Ce parcours a pour objectif la formation des chercheurs et de cadres qui auront en charge la lutte contre les maladies parasitaires et fongiques, qu’elles soient humaines ou animales. Cette formation passe par une meilleure connaissance, au niveau cellulaire et moléculaire, du pathogène (parasite ou champignon), du processus parasitaire et des interactions hôte-pathogène. Les outils de la biologie cellulaire, de la biologie moléculaire et de l’immunologie ont permis récemment des avancées remarquables dans la connaissance des agents et processus parasitaires. Ce savoir est la base indispensable aux parasitologues et aux mycologues, qu’ils soient fondamentalistes ou plus impliqués dans une démarche clinique, diagnostique, thérapeutique ou encore dans des actions de valorisation. Il leur permettra de mieux appréhender la physiopathologie des maladies parasitaires et fongiques et d’aborder sur une base rationnelle les stratégies vaccinales et thérapeutiques.

- Microbiologie - Environnement - Santé (MES) (formation de septembre à juin ; des soutenances peuvent être programmées en septembre lorsque les stages se déroulent en entreprise du secteur public ou privé) :

L’étude des microorganismes de l’environnement, de leur rôle dans le fonctionnement des écosystèmes, de leur impact en santé humaine et de leur potentiel de valorisation biotechnologique est plus que jamais d’actualité́. Le parcours "Microbiologie, Environnement, Santé" vise à répondre aux demandes grandissantes des laboratoires académiques et des entreprises dans des domaines variés comme la recherche fondamentale, la valorisation des microorganismes dans l’industrie, les écotechnologies, l’évaluation du risque sanitaire dans l’environnement en général et dans les milieux aquatiques en particulier, le diagnostic environnemental, l’analyse de l’anthropisation des milieux. Ce parcours est l’objet d’un partenariat entre l’UPMC et le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

- Qualité-Environnement-Sécurité Sanitaire (QUESS) (formation en alternance par la voie de l’apprentissage sur 1 ou 2 ans selon l'année d’admission) :

Cette formation permet de répondre aux attentes des entreprises et des collectivités souhaitant faire appel à des expertises transversales en matière de qualité et de gestion des risques. Cette expertise repose notamment sur la capacité à analyser, maîtriser, prévenir et gérer les risques en respect des législations et des normes en vigueur. Plus généralement, le parcours se propose de former des cadres polyvalents – de formation scientifique - capables de répondre à tous les enjeux de la qualité et de la gestion des risques et/ou susceptibles d’animer des projets de recherche & développement en relation avec la sécurité sanitaire et l’environnement.

Publics visés

Selon les parcours, 10 à 20 étudiants seront retenus sur la base de leur dossier universitaire et d’un entretien avec un comité pédagogique ad hoc

Les parcours sont ouverts aux  étudiants scientifiques, titulaires d’une licence de biologie et/ou d'un M1 ou bien d’un diplôme universitaire de niveau équivalent, aux étudiants de formation médicale (médecins/pharmaciens) et aux élèves ingénieurs dont les cursus répondront aux prérequis de la formation.

Admission

Connaissances fondamentales et générales en biologie acquises en licence et lors d'un parcours adapté en M1, notamment en microbiologie.

Les étudiants postulants doivent avoir des bases de génétique, de biologie moléculaire, de biochimie et de biologie cellulaire.

Des notions de physiologie/physiopathologie et d’immunologie sont souhaitables mais ne constituent pas un prérequis

Admission en formation continue
Dans le cadre d’une reprise d’études et/ou d’une validation des acquis, les salariés, demandeurs d’emploi,… avec expérience professionnelle, ayant interrompu leurs études initiales depuis plus de 2 ans, doivent contacter directement le service de formation continue de l’UPMC.
Contact : 01.44.27.82.82
Email: formation.continue@upmc.fr
Site : http//:www.fc.upmc.fr
Coordonnées
Coordonnées
Responsable
MARECHAL Vincent

vincent.marechal@upmc.fr
Responsable administratif
Perret Nicoletta
01 44 27 34 36
nicoletta.perret@upmc.fr
Adresse
UPMC
Département de formation
Biologie moléculaire et cellulaire.
Bâtiment K, 1er étage
Case courrier 147
4 place Jussieu
75252 Paris Cedex 05


master.bmc@upmc.fr
Scolarité
Lepinat Christine
01 44 27 20 27
christine.lepinat@upmc.fr

En savoir +

picto-fleche   Site de la mention : http://www.master.bmc.upmc.fr
picto-fleche   Page de la composante



17/01/14