Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

[Concert] Les dissonances - Ravel

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

[Concert] Les dissonances - Ravel

Les Dissonances
Philharmonie de Paris

 

Le 3 octobre 2016 par Fadwa,

 

“Grâce au jeu-concours Haz_art, j'ai pu assister à mon premier vrai concert de musique classique. C'étaient Les Dissonances, concert symphonique autour du répertoire de Maurice Ravel, dirigé par le violoniste David Grimal.”

Je ne suis pas très connaisseuse en musique classique, mais je sais l'apprécier de temps en temps. Je suis donc arrivée à la Philharmonie de Paris sans trop savoir à quoi m'attendre mais avec quand même quelques idées reçues en tête.

- Je pensais que la salle serait longue et que, comme dans une salle de cinéma, le spectacle serait devant tout le monde sur une scène à moitié sombre que j'aurais du mal à voir.
Finalement, la salle était assez grande mais faite de telle sorte qu'on se croyait tout proches des musiciens. Ils étaient sur une scène au centre et ils étaient tellement bien éclairés par les projecteurs qu'on voyait distinctement chacun des musiciens. J'étais placée dans un balcon sur le côté mais puisque j'étais en première rangée du balcon je voyais très bien.

- Je pensais que le public serait majoritairement vieux.
Finalement, c'était très mélangé. Il y avait très peu d'enfants (peut-être 2) et de jeunes adolescents, mais il y avait beaucoup de jeunes (vingtaine, trentaine).

- Je pensais que chaque morceau durerait au moins 30 minutes.
Finalement, les morceaux duraient entre 12 et 18 minutes, ce qui était très correct et qui laissait bien le temps d'être transporté par la musique sans s'ennuyer. Il y a eu une entracte en milieu de concert.

- Je pensais qu'il y avait toujours un maestro qui dirigeait les orchestres.
Finalement, il n'y avait pas de maestro, on sentait qu'ils s'étaient entraînés tous ensemble, qu'ils se connaissaient bien, qu'ils connaissaient bien leurs musiques et savaient exactement comment ils devaient chacun jouer. David Grimal, qui est censé être un peu comme le chef d'orchestre, jouait de son violon comme tous les autres. Il a par contre fait un solo au deuxième morceau que j'ai trouvé magnifiquement bien. Le morceau s'appelait Tzigane, et ça avait l'air bien compliqué à jouer, mais il a assuré !

- Je pensais que la musique classique s'écoutait mais qu'il n'y aurait rien à voir.
Finalement, j'ai beaucoup aimé regarder les musiciens bouger sur leurs chaises, des fois les violonistes valsaient sur leurs chaises tous au même moment, on aurait dit qu'ils dansaient et que c'était une chorégraphie. J'ai beaucoup aimé aussi regarder le public réagir aux mélodies, certains étaient impassibles alors que d'autres n'hésitaient pas à bouger leurs têtes en rythme.”

 

Le 3 octobre 2016 par Angelo et Caroline,


Après nous être inscrit au concours de l'UPMC, nous avons gagné des places pour un concert de musique classique. C'est ainsi que le lundi 3 Octobre, nous fûmes conviés à la Philharmonie de Paris afin d'écouter Les Dissonances de Ravel. 
La salle de concert de part son originale architecture nous a offert une acoustique exceptionnelle permettant une écoute parfaite de tous les instruments présents sur la scène, placée au centre. Nous étions assis derrière cette dernière au deuxième rang.
L'ouverture du concert fut les "Valses nobles et sentimentales". A notre grand étonnement, il n'y avait pas de chef d'orchestre. Cependant, dès les premières mesures nous fûmes saisis. L’enchaînement des notes et la précision des mesures nous emmena dans un voyage remplie d'harmoniques.
Le second morceau fut "Tzigane". Le solo au violon  de David Grimal fut poignant. La passion de cet homme à travers les notes jouées nous était transmise. Puis après quelques minutes l'orchestre vint petit à petit l'accompagner. Cela ressemblait à une discussion entre le violon et les instruments.
Vint ensuite l'une des œuvres les plus connues, le "Boléro". La montée en puissance fut tout simplement magnifique. Chaque instrument avait son moment de gloire.
Une petite entracte suivie.
 La quatrième partie, "Daphnis et Chloé" puis le final, "La Valse", un autre très grand classique de Ravel, nous ont moins transcendés. Sans doute du à la magie du début qui était devenue moins intense.

 “Nous gardons un très bon souvenir de ce concert. Le fait qu'une fac scientifique permette ce genre d'activité est une excellente idée. Nous espérons que cela continuera.”

 

 

Le 3 octobre 2016 par Arzu et Thibault

Nous avons gagné deux places pour aller à la Philharmonie de Paris. Nous y avons écouté un concert de l'orchestre "Les Dissonances" de David Grimal. Cet orchestre a interprété certains morceaux célèbres de Maurice Ravel. Le concert était organisé dans la grande salle. Dès que nous sommes entrés, la première chose qui nous a marqué a été l'ampleur de la salle. Contrairement à d'autres salles de concerts classiques, l'orchestre se situait au milieu des spectateurs, ce qui permet une bonne acoustique et une vision originale sur l'orchestre. Nos places se situaient à deux rangées derrière l'orchestre ce qui nous donnait l'impression d'être parmi les musiciens. Le concert était composé de cinq extraits, en commençant par les Valses nobles et sentimentales suivi d e Tzigane et du Boléro. Après un bref entracte, nous avons pu continuer avec Daphnis et Chloé et finir avec La Valse pour une durée totale d'à peu près deux heures. Nous avons pu redécouvrir le célèbre Boléro car le fait de l'entendre dans une telle salle ajoute des sensations à l'écoute. Le niveau de l'orchestre était grandiose : on ressentait l'importance et le détail que chaque instrument apportait ainsi que la quantité de travail qui a du être nécessaire. En plus de cette performance sonore, les musiciens nous ont également proposé une performance visuelle. En effet, tous les mouvements, et notamment ceux des archets, étaient parfaitement synchronisés. Dans la Tzigane, le violoniste soliste nous a impressionné par sa performance virtuose, sachant que Ravel avait caractérisé la difficulté de cette pièce de "diabolique". Les musiciens ont réussi à travers leur musique à nous transmettre leur passion, ce qui s'est ressenti à la fin par les applaudissements des spectateurs qui étaient très chaleureux. Nous voulons remercier l'association Haz'art qui nous ont permis d'assister à une soirée qui restera inoubliable.

 



31/10/16