Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

La chimie au chevet de la santé et l'environnement

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

L'UPMC dans le classement de Shanghaï

L’université Pierre et Marie Curie incarne l’excellence française en sciences et en médecine. Elle est la 7e université européenne au classement de Shanghaï et se situe au 39e rang mondial. Elle développe une recherche de haut niveau, comme en témoignent ses nombreux prix et médailles internationaux ...

» En savoir +

Chiffres clés

  • 35 300 étudiants, dont 5 970 étrangers et 3 000 doctorants
  • 10 895 personnels, dont 6 200 enseignants-chercheurs et chercheurs, et 4 670 personnels administratifs
  • 15 sites répartis sur 4 régions
  • 100 laboratoires
  • 8 500 publications par an

Contact

Messagerie vocale

01 44 27 44 27

Direction de la communication

01 44 27 90 54

Présidence

01 44 27 33 49

Direction des ressources humaines

01 44 27 35 44

Scolarité Sciences

01 44 27 35 65

Scolarités MédecineNouvelle fenêtre

La chimie au chevet de la santé et de l'environnement

Corinne Aubert

Dans la santé, l’environnement ou encore l’énergie, la chimie est une des clés de l’innovation. Centré sur cette discipline, le Labex MiChem porté par Sorbonne Universités propose de la faire évoluer vers la chimie intégrée multi-échelles. Corinne Aubert, directrice de recherche à l’Institut parisien de chimie moléculaire (UPMC/CNRS), décrit comment ce projet va rendre la chimie plus performante pour répondre à des problématiques sociétales.

 

 

Quelle est l’approche innovante développée par le Labex MiChem ?

Corinne Aubert : Le Labex aborde la chimie sous un nouvel angle, celui de la chimie intégrée multi-échelles. Il s’agit de décloisonner les sous-disciplines de cette science, afin de traiter nos problématiques d’une manière unique quelle que soit l’échelle de l’objet étudié. Pour cela, nous comptons réunir les compétences des laboratoires de chimie physique, théorique et moléculaire. Avec 17 partenaires impliqués, MiChem est un projet très structurant pour l’UPMC. Il devrait modifier profondément le paysage de la recherche en chimie à Paris, ainsi que la formation des étudiants, qui ne sera plus uniquement disciplinaire mais reliée aux demandes sociétales.

 

Quels objectifs poursuit le projet ?

C. A. : Au niveau fondamental, nous allons observer, comprendre, prédire la réactivité d’objets, depuis la dimension subnanométrique jusqu’à la dimension macroscopique. Puis viendra l’étape de la conception et la synthèse de structures moléculaires et supra moléculaires à propriétés physiques contrôlées. L’ambition de MiChem est de développer de nouveaux outils, méthodes et instruments de pointe pour lever les verrous technologiques actuels.

 

Dans quels domaines seront-ils appliqués ?

C. A. : Nous avons choisi de traiter cinq domaines scientifiques comportant de grands défis pour la société. En santé, il s’agira d’améliorer le traitement du cancer grâce à un nouveau concept qui associe la thérapie et le diagnostic (theragnosis). La nanochimie sera utilisée pour l’énergie et les technologies de l’information (nouveaux dispositifs photovoltaïques, matériaux innovants pour la production d’énergie propre, stockage de l’information). Dans le domaine de l’environnement, nous mettrons au point des synthèses éco-compatibles de structures moléculaires et des dispositifs de séquestration de polluants. Enfin, nos concepts seront appliqués à l’astrochimie et à la restauration et la conservation du patrimoine culturel (microanalyse, méthodes non-invasives). Ces axes vont renforcer nos relations avec l’industrie, par le biais de transferts de technologie et de partenariats public-privé.

 

pour en savoir plus :

le site du Labex MiChemNouvelle fenêtre



06/05/15