Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Henri Becquerel - Physique - 1903

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Marc Zamansky, dernier doyen honoraire de la faculté des sciences de Paris

La matérialisation de la pensée scientifique au coeur de Paris

En 1941, élève de l’école normale supérieure de la rue d’Ulm, alors qu’il est encore étudiant, Marc Zamansky entre dans la résistance en intégrant le réseau Mithridate et s'engage dans les Forces françaises libres. Il est arrêté en 1943 et ...

» En savoir +

Quelques dates

  • 1968 : éclatement de la Faculté des sciences
  • 1971 : création de "l'université Paris 6"
  • 1974 : Paris 6 devient "université Pierre et Marie Curie"
  • 2007 : "UPMC", nom officiel de l'université

Henri Becquerel - Physique - 1903

Henri Becquerel

Henri Becquerel, Professeur de physique et expérimentateur d'exception, est à l'origine de la physique nucléaire par la mise en évidence de la radioactivité naturelle.

Élève de l'École Polytechnique, il devint Ingénieur des Ponts et Chaussées. Étroitement associé aux travaux de son père, Edmond Becquerel, il étudia avec lui le phénomène de la polarisation rotatoire magnétique et en détermina les lois. Il s'intéressa ensuite à la phosphorescence et à l'absorption de la lumière par les solides cristallins. Il reçut le Prix La Caze de l'Académie des sciences en 1883. Il avait déposé en 1887 à l'Académie des sciences un pli cacheté sur les variations des bandes d'absorption du didyme.
En 1888, il soutint sa thèse ès sciences physiques "Recherches sur l'absorption de la lumière".
Il succéda à son père à la chaire de Physique du Muséum national d'histoire naturelle en 1892, et devint Professeur de physique à l'École Polytechnique en 1895. Il orienta ses travaux vers l'étude des phénomènes de luminescence.
En 1896, il mit en évidence la radioactivité de l'uranium.
Ayant choisi d'étudier les rayonnements uraniques découverts par Henri Becquerel, Marie Curie donna plus tard le nom de radioactivité à l'émission de rayonnements analogues à ceux de l'uranium.
Henri Becquerel reçut le Prix Nobel de physique en 1903 ‘in recognition of the extraordinary services he has rendered by his discovery of spontaneous radioactivity’. Il le partagea avec Pierre et Marie Curie. Continuant ses travaux en collaboration avec ces derniers, il contribua à la mise en évidence des rayons bêta et alpha.
Il mourut en 1908. Un hommage lui fut rendu lors du cinquantième et du centième anniversaire centième anniversaire de la découverte de la radioactivité.

En 1975, la Conférence générale des poids et mesures décida d'honorer Henri Becquerel en adoptant le nom "becquerel", symbole Bq, pour l'unité SI d'activité d'un corps radioactif. (1 Bq correspond à 1 désintégration par seconde).


Henri Becquerel fut élevé à la dignité d'Officier de la Légion d'honneur en 1900.
Il fut membre d'Académies étrangères dont la Reale Accademia dei Lincei, la Königlische Preusssische Akademie der Wissenschaften et la Royal Society of London.
Il reçut des Prix dont la médaille Rumford de la Royal Society en 1900 et la médaille Barnard (États-Unis) en 1905.