Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Cédric Villani, médaille Fields 2010

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

DGRTT

Tél : 01 44 27 26 48

Cédric Villani, médaille Fields 2010

Cédric Villani, directeur de l’Institut Henri Poincaré UPMC /CNRS, a remporté la médaille Fields en août 2010. 

La nouvelle a été annoncée lors de la cérémonie d’ouverture du  congrès international des mathématiciens, qui se tenait en Inde au mois d'août 2010 : Cédric Villani a remporté la plus haute distinction qu’un mathématicien de renom puisse espérer.

La réaction du tout jeune directeur, 36 ans, de l'Institut Henri Poincaré, école interne de mathématiques et de physique théorique de l'UPMC (CNRS/UPMC) : "Cette merveilleuse récompense est a la fois une consécration et un extraordinaire encouragement. Elle confirme la vitalité de la recherche française en mathématiques. Toutefois, je n'aurais rien pu faire sans mes brillants collaborateurs, issus de 10 pays différents et représentatifs de nombreux domaines des mathématiques."

Son parcours

Entré à l’ENS Paris en 1992, Cédric Villani passe en 1994 le DEA d’analyse numérique de l’UPMC, et obtient en 1998 un doctorat de mathématiques de l’université Paris Dauphine. Professeur de mathématiques à l’ENS Lyon depuis 2000, il est membre junior de l’Institut Universitaire de France depuis 2006, et directeur de l’Institut Henri Poincaré depuis 2009. Il a effectué de nombreux séjours dans des institutions étrangères, dont Georgia Tech (Atlanta, Géorgie) en 1999, Berkeley (Californie) en 2004 et l'Institute for Advanced Study (Princeton) en 2009. La médaille Fields est la plus récente distinction obtenue par ce brillant mathématicien dans une liste déjà longue : prix Henri Poincaré de l’Association Internationale de Physique Mathématique et prix Fermat, obtenus en 2009 ; prix de la Société Mathématique Européenne (2008) ; prix Jacques Herbrand de l’Académie des Sciences (2007) ; prix Peccot-Vimont et Cours Peccot du Collège de France (2003) et prix Louis Armand en 2001.
 
Un mathématicien “multicasquette”, doué d’une grande curiosité...

Ses recherches sont au carrefour entre l’analyse, les probabilités, la physique statistique et plus récemment la géométrie différentielle. Il a particulièrement étudié la théorie cinétique de l’équation de Boltzmann, et le transport optimal  et “a exposé ses résultats devant des publics d’analystes, EDPistes, probabilistes, géomètres, et physiciens”. Cédric Villani est auteur de « Topics in Optimal Transportation » (2003) et « Optimal Transport, Old and New » (2008).


Parmi les publications récentes de Cédric Villani...
Cercignani’s conjecture is sometimes true and always almost true. Commun. Math. Phys.
234 (2003), 455–490. (entropie et equation de Boltzmann)
Avec J. Lott : Ricci curvature for metric-measure spaces via optimal transport Annals of
Math. 169, 3 (2009), 903–991. (courbure et entropie)
Hypocoercivity. Mem. Amer. Math. Soc. 202 (2009), no. 950 (convergence vers l’équilibre)

La Médaille Fields

La médaille Fields est la plus haute distinction qu’un mathématicien de renom puisse espérer. C’est au congrès international des mathématiciens de 1924, à Toronto, que le mathématicien canadien John C. Fields, proposa de décerner des médailles pour récompenser des progrès remarquables en mathématiques. Fields regrettait l’absence d’un prix Nobel en mathématiques. Les premières “médailles Fields” furent décernées au congrès d’Oslo en 1936. Fields souhaitait que la médaille soit une récompense mais aussi un encouragement. C’est pourquoi la médaille est donnée à des mathématiciens qui ont moins de 40 ans. Deux à quatre médailles Fields sont décernés tous les 4 ans, lors de la cérémonie d’ouverture du congrès international des mathématiciens. Au total, 48 médailles ont été décernées depuis 1936, dont 9 à des Français.

L'Institut Henri Poincaré

Haut lieu international des mathématiques et de la physique théorique depuis 1928, l’institut, rattaché à l’UPMC et au CNRS, accueille les plus grands noms scientifiques. C’est un lieu de rencontre privilégié pour les mathématiques et la physique théorique.  L'IHP invite chaque année des centaines de chercheurs étrangers, et accueille des colloques et des exposés sur les thèmes les plus divers, (séminaire Bourbaki, séminaire Poincaré), avec l'aide de nombreux organisateurs invités. Il héberge des collaborations intensives et soutient des cours doctoraux. Il intervient aussi pour favoriser les contacts entre chercheurs et la société dite civile, avec l'aide des médias, d'entreprises ou d'associations, et de conférences tout public. L’IHP accueille également les réunions des grandes instances nationales et internationales. La programmation de toutes les activités scientifiques est supervisée par le Conseil Scientifique de l'IHP, instance indépendante faite de scientifiques du plus haut niveau international, choisis par cooptation.



20/02/12