Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Partenariat autour de la biodiversité marine entre la station de Banyuls et Pierre Fabre

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Partenariat autour de la biodiversité marine entre la station de Banyuls et Pierre Fabre

Acetabularia acetabulum / A. Haguenauer

Depuis 2001, les laboratoires Pierre FabreNouvelle fenêtre collaborent avec les chercheurs du laboratoire Arago au sein d’une équipe "mixte" rassemblant dans les mêmes locaux des chercheurs du monde académique (UPMC/CNRS) et industriel (Pierre Fabre). En 2014, ce partenariat va être encore plus étroit avec l'ouverture du Centre de recherche en biodiversité et biotechnologies marines.

L'objectif de ce nouveau projet ? Accélérer les recherches sur les substances naturelles produites par les micro-organismes marins. Ces molécules souvent méconnues ou même encore non identifiées seront valorisées et pourront être utilisées en dermo-cosmétique pour produire par exemple des crèmes solaires ou encore des crèmes anti-vieillissement, mais aussi en pharmacie pour développer de nouveaux médicaments contre les cancers ou certaines infections. Les recherche en biotechnologies porteront également sur le développement de biocapteurs pour déterminer l'état de santé des écosystèmes, détecter des espèces toxiques ou encore la présence de polluants. La biodiversité des micro-organismes fera également l'objet de recherches plus fondamentales. Des espaces d'accueil sont également prévus pour accompagner des "start-up" avant leur implantation dans une zone d'activité industrielle.

Ce projet ambitieux, unique en France et probablement en Europe, prend appui sur l'extraordinaire biodiversité locale marine et terrestre et sur les deux réserves naturelles de la Forêt de la Massane et Marine Cerbère-Banyuls. Il va aussi donner vie à un grand projet pédagogique : le Biodiversarium. 110 000 visiteurs devraient découvrir un aquarium nouvelle génération destiné à diffuser les connaissances scientifiques sur l'écologie et la biodiversité. Pas d'espèces exotiques, ni de grands dauphins ou encore de requins, mais des espèces méditerranéennes locales et des reconstitutions de biotopes méditerranéens. Le grand public et les scolaires découvriront la biodiversité, l'adaptation des espèces aux changements globaux (climatique,..) ainsi que les canyons sous-marins et les coraux profonds grâce à une visite virtuelle réalisée à partir des images prises par un sous-marin. Ce projet pédagogique complète le jardin botanique du Mas de la serre, du Laboratoire Arago, qui ouvrira ses portes l'été 2010. Les enseignants de la région pourront faire découvrir par visiocommunication à leurs élèves cette biodiversité marine et terrestre.

Ce projet de  11 M€ HT sera financé par les Laboratoires Pierre Fabre, l'État, la Région, le Département, la Communauté des Communes, la Commune de Banyuls, l'UPMC, l'Université de Perpignan, le CNRS à travers l'INEE (Institut National Ecologie et Environnement) et l'INSU (Institut National des Sciences de l'Univers). Sa gestion financière est assurée en grande partie par le bureau Entreprise et transfert technologique de l’UPMC, qui a également participé à la définition en amont de la propriété intellectuelle des futurs résultats communs.

Voir aussi

Interview de Philippe Lebaron, directeur du laboratoire Arago

VIDEO : Accord de l'UPMC avec Pierre Fabre Nouvelle fenêtre



21/06/10