Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

boisson été

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Coordination du pôle vie et santé :

- Vincent Mouly
- Jacqueline Capeau
- Annick Clément
- Alain Chedotal
- Boris Zalc

Vie et santé

  • 1150 enseignants-chercheurs et chercheurs
  • 700 personnels d'appui à la recherche
  • 820 doctorants
  • 48 unités de recherche
  • 6 écoles doctorales

Rafraichissez-vous, buvez chambré !

C’est l’été, il fait chaud. Vous rêvez de mettre la tête dans le frigo. Après réflexion vous optez pour une boisson bien fraîche. Erreur ! Vous vous sentirez mieux pendant quelques instants mais ensuite ? En bon organisme qui régule seul sa température (homéotherme), vous produisez de la chaleur et compensez la douche froide que vous venez de subir. « Vous allez avoir chaud !», souligne Patrick Tounian, chef du service de nutrition et gastroentérologie pédiatriques de l’hôpital Trousseau (UPMC/AP-HP).

D’après les lois de la physique et du transfert d’énergie, vous devriez donc être séduits par une bonne tasse de thé chaud. Explications. Les calories contenues dans l’air circulent naturellement du plus chaud vers le plus froid. En toute logique, si vous êtes sur la plage à Marbella et qu’il fait 40°C, votre corps, plus froid, va s’échauffer par transfert de calorie. C’est la sueur qu’il va produire qui, en s’évaporant, va lui permettre de se maintenir à 37°C.

« Ça c’est la théorie car les bienfaits d’une boisson chaude n’ont jamais été scientifiquement prouvés dans cette situation », précise le pédiatre. « Je crois qu’il faut surtout faire preuve de bon sens et préserver l’envie de boire. On est rarement attiré par une boisson chaude lorsqu’il fait 40°C et une boisson très fraiche peut limiter les quantités bues, ce qui n’est pas recommandé par forte chaleur. La meilleure solution reste donc l’eau à température ambiante ».

Capteurs et sensation de soif

L’objectif principal est d’empêcher le corps de se réchauffer mais aussi d’éviter la déshydratation. Tout est alors une question de capteurs et de densité sanguine. « Si cette dernière augmente c’est que l’eau manque, les capteurs répartis sur nos artères envoient alors un message au cerveau qui le traduit en sensation de soif », explique Patrick Tounian. « D’autres capteurs présents dans l’estomac assurent une régulation à court terme. Ils font disparaitre la sensation de soif immédiatement après un verre d’eau, alors que la densité sanguine n’a pas encore eu le temps de diminuer ».

Ce système de régulation n’est plus assez efficace chez les personnes âgées, il faut donc les inciter à boire. Moins d’inquiétude en revanche pour nos têtes blondes et les nourrissons. « A 3-4 ans, le mécanisme fonctionne bien. Il faut leur proposer régulièrement à boire, mais ne pas les forcer ». Quant aux nourrissons, sauf chaleur exceptionnelle, rien à signaler. « Avec l’allaitement ou le biberon, ils ingurgitent quotidiennement d’importantes quantités de liquide. Leur consommation équivaut à plusieurs litres pour un adulte. C’est largement suffisant pour étancher les soifs les plus intenses », conclut le praticien.

 

Crédits photo : UPMC - Pierre Kitmacher



18/07/14