Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

GIS Institut francilien de recherche sur les atomes froids

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Acronymes

GDR : groupement de recherche

GIS : groupement d'intérêt scientifique

GIP : groupement d'intérêt public

RTRA : réseau thématique de recherche avancée

RTRS : réseau thématique de recherche et de soins

 

Contact

Coordination du pôle énergie, matière et Univers :

- Laurence Rezeau
- Pascal Vincent
- Bernard Perrin
- Thibaud Coradin
- Stéphane Carniato

GIS Institut francilien de recherche sur les atomes froids

Initialement proposé par Claude Cohen Tannoudji (prix Nobel de physique en 1997 et professeur honoraire au Collège de France), L’IFRAF est élaboré en 2005 par Michèle Leduc du laboratoire Kastler et Brossel (LKB : UPMC-ENS-CNRS-collège de France-univ d’Evry) avec la volonté de constituer un réseau de recherche dans le domaine des « atomes froids » autour de 6 laboratoires franciliens :

  • Laboratoire Kastler Brossel (LKB) 
  • Laboratoire Charles Fabry (LCFIO) 
  • Laboratoire des systèmes de référence Temps Espace (SYRTE) 
  • Laboratoire Aimé Cotton (LAC) 
  • Laboratoire de physique théorique et modèles statistiques (LPTMS) 
  • Laboratoire de physique des lasers (LPL)

Faire avancer les connaissances ensemble

Ce GIS a d’abord des objectifs stratégiques : conforter un domaine de recherche de pointe très compétitif et permettre aux chercheurs français de tenir un rang au premier plan de la recherche internationale.

Etendre son réseau commun

La visibilité de l’IFRAF doit lui permettre de tisser des liens de coopération avec les centres d’excellence de même niveau qui se constituent un peu partout à l’étranger. La création de l’IFRAF est aussi destinée à mutualiser des ressources entre les partenaires et à développer des projets nouveaux mettant en jeu les forces et les idées de plusieurs laboratoires de l’institut.

Elle devrait également développer l’essaimage de personnels vers d’autres laboratoires en France et aussi vers les entreprises de la Région.

Des applications dans les technologies du spatial ou encore de la métrologie du temps

Les objectifs scientifiques concernent des recherches fondamentales sur les gaz quantiques et leur applications à court et moyen terme. En effet le refroidissement et le piégeage des atomes permettent la construction de systèmes quantiques entièrement contrôlables et ouvrent des perspectives nouvelles dont l’exploitation ne fait que commencer dans les domaines des technologies du spatial et de la métrologie du temps, des nanosciences et de l’information.

 

http://www.ifraf.org/Nouvelle fenêtre



07/03/12