Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Interaction de machines

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Coordination du pôle modélisation et ingénierie :

- Pascal Frey
- Frédéric Klopp
- Pierre Yves Lagrée
- Pierre Sens

Modélisation et ingénierie

  • 860 enseignants-chercheurs et chercheurs
  • 170 personnels d'appui à la recherche
  • 970 doctorants
  • 19 unités de recherche
  • 4 écoles doctorales

    Workshop exceptionnel sur l'interaction homme-machine

    Le 17 mars sur le campus Jussieu de l’UPMC, aura lieu le 3eme journée dédiée à l’intelligence artificielle (IA) et à l’interaction homme-machine (IHM). L’occasion de rencontrer Gilles Bailly et Yvonne Jansen, spécialistes en interaction homme-machine, qui ont intégré l’institut de systèmes intelligents et de robotique (ISIR : UPMC/CNRS/Inserm) en octobre 2016. Ils conçoivent, réalisent et évaluent au quotidien des interfaces et créent des modèles pour comprendre l’expérience des humains avec les machines et les améliorer.

    Le nombre d’interfaces numériques est en augmentation constante dans la vie quotidienne. Faciliter leur utilisation est un enjeu de taille : leur optimisation peut se révéler être un gain de temps et de confort considérable. « Nous cherchons à concevoir des systèmes les plus ergonomiques possibles, efficaces et simples à utiliser, pour que chacun puisse compléter une tâche le plus intuitivement et rapidement possible », explique Gilles Bailly. Faciliter l’interaction entre les humains et les machines, c’est aussi mieux les adapter au comportement de l’homme selon son contexte d’utilisation. « C’est un vrai levier pour améliorer les conditions de travail et gagner du temps au quotidien » ajoute le chercheur. Il a notamment travaillé sur la création d’un environnement de travail vivant, capable de bouger et de s’adapter à l’utilisateur : la souris résiste si l’on dépasse l’écran, qui lui-même bouge pour s’adapter à notre position… « Ces ajustements permettent d’accentuer le confort donc l’immersion, pour augmenter le côté ludique de l’interaction avec un ordinateur. Cela peut aussi bien sûr être utilisé pour rendre plus réaliste l’immersion dans des mondes virtuels. » Simplifier l’interaction avec les machines, c’est aussi au cœur des recherches d’Yvonne Jansen, qui a récemment travaillé sur un projet d’écran tangible, fait de pixels 3D qui s’animent pour représenter des données. « L’écran devient un facilitateur pour la compréhension, et un moyen de rendre une information plus attrayante et accessible » explique la chercheuse. « C’est aussi résolument au cœur de notre travail : faire en sorte que la machine soit une aide et non un frein. » À la croisée des sciences cognitives, sociales, de l’électronique et de la psychologie, l’Interaction Homme-Machine se nourrit de multiples domaines de recherche. « C’est ce besoin de pluridisciplinarité qui nous a convaincus de venir à l’UPMC », affirme Gilles Bailly.

    En savoir plus :

    Programme completNouvelle fenêtre

    17 mars – campus Jussieu

    Présentation toute la matinée à l’ISIR

    Démonstrations au 24e étage de la tour Zamansky

     

    © Fotolia



    16/03/17