Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

labex

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

DGRTT

Tél : 01 44 27 26 48

Pour la seconde vague des investissements d’avenir le jury retient cinq projets de Labex portés par l’UPMC

Dix jours après l’annonce du succès du projet d’Idex SUPER* de Sorbonne Université, l’UPMC peut se réjouir de la sélection de cinq nouveaux projets de laboratoires d’excellence (Labex) dont elle est porteur.

 

L’appel à projets « laboratoires d’excellence » vise à doter les lauréats de moyens significatifs leur permettant d’accroître leur visibilité internationale et de développer des recherches innovantes aux interfaces des spécialités des différents partenaires. La liste des projets sélectionnés a été annoncée le 14 février par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Bio-Psy, Calsimlab, Plas@par, SMART et Transimmunom font partie des 71 laboratoires d’excellence retenus.

 

Bio-Psy, vise à mieux comprendre les causes et les mécanismes biologiques des désordres psychiatriques et à progresser dans leur diagnostic précoce et leur traitement. À l’interface avec les sciences humaines et sociales, il s’attachera également à analyser les impacts socio-économiques et éthiques de ces recherches. Il devrait ainsi jeter les bases d’une psychiatrie personnalisée. Porté par Jean-Antoine Girault, directeur de l’Institut du Fer à Moulin, ce projet rassemble des psychiatres, neuroscientifiques et généticiens de haut niveau.

 

Calsimlab est un labex pour la modélisation et la simulation numériques en recherche. Il ambitionne de créer un environnement de travail favorisant l’interaction entre mathématiciens, informaticiens, chimistes, physiciens et biologistes. La mise en Âœuvre d’algorithmes et le développement de modèles numériques doit permettre de concevoir, par exemple, de nouveaux matériaux, molécules ou médicaments. Ce projet est porté par Pascal Frey, mathématicien au laboratoire Jacques-Louis Lions.

 

Plas@par rassemble plus de 140 scientifiques d’Île-de-France travaillant sur les plasmas dans différents secteurs : physique et astrophysique, mathématiques, informatique et sciences de l’ingénieur. Fortement impliqué dans la physique et dans la simulation numérique des plasmas, ce labex aborde les plasmas sous leurs conditions les plus diverses, comme les intérieurs stellaires, le milieu interstellaire, les plasmas froids, la fusion thermonucléaire et les propulseurs à plasma. Combinant recherche fondamentale et appliquée tournée vers l’industrie, il est porté par Chantal Stehlé, chercheuse au laboratoire d’étude du rayonnement et de la matière en astrophysique (LERMA).

 

SMART regroupe, autour des domaines clés du numérique, des équipes de recherche en robotique, informatique, mathématiques ainsi qu’en traitement du signal et de l'information. Son ambition est de soutenir le développement d’innovations pour les services à la personne. Pour cela, ce projet vise notamment à améliorer la compréhension de l’humain dans ses dimensions cognitives, neurophysiologiques et biomécaniques. Il est porté par Raja Chatila, chercheur à l’institut des systèmes intelligents et de robotique.

 

Transimmunom est dédié à l’étude de l’ensemble du spectre des maladies s’étendant de l’inflammation à l’auto-immunité. Les travaux menés contribueront à une meilleure compréhension de ces pathologies et au développement d’outils diagnostiques et  thérapeutiques. Le consortium formé représente un ensemble unique et multidisciplinaire d’expertises en immunologie, médecine, statistiques, mathématiques et informatique. Ce projet est porté par David Klatzmann, directeur du laboratoire Immunologie-immunopathologie-immunothérapie.

 

 

Par ailleurs, l’UPMC est partenaire de 7 autres projets de labex sélectionnés lors de cette deuxième vague :

Obvil, Observatoire de la vie littéraire,
CAMI, en robotique médicale, porté par le PRES de Grenoble,

CelTisPhyBio, au croisement de la physique et de la biologie, porté par l’Institut Curie,

DEEP, en biologie du développement et épigénèse, porté par l’Institut Curie,

Dynamo, sur la biogénèse et l’organisation supramoléculaire, porté par le CNRS,

GR-ex, sur biogénèse et pathologies globule rouge, porté par l’université Paris-Descartes,

ParaFrap, sur les maladies parasitaires, porté par le PRES de Lille Nord de France.

 

Enfin dans la seconde vague des appels à projets Bio-santé dont les résultats ont été communiqués fin janvier, deux projets en bioinformatique ont été retenus : MAPPING, porté par l’UPMC et coordonné par Alessandra Carbone, et NICOMET, porté par l’INRIA, auquel le laboratoire d’imagerie fonctionnelle de l’UPMC est associé. Enfin l’UPMC est associée au projet de démonstrateur préindustriel MétaGenoPolis, porté par l’INRA, également sélectionné.

 

* L’Idex SUPER (Sorbonne Université à Paris pour l’Enseignement et la Recherche) a obtenu 12A sur les 12 critères de sélection  et a été retenu à l’unanimité des membres du jury international  http://www.sorbonne-universites.fr/sorbonne-universite-laureate-de-la-seconde-vague-de-lidexNouvelle fenêtre

 



17/02/12