Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Lauréanne Parizot

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

Lauréanne Parizot

Des bulles pour traiter les eaux du démantèlement nucléaire

Que l'on soit pour ou contre le nucléaire, ses installations doivent être entretenues ou démantelées en fin de vie. La décontamination radioactive des surfaces est déjà assurée par des produits chimiques spécifiques. Cependant, ces produits génèrent à leur tour des déchets à traiter avec... d'autres produits chimiques.

 

Pour sortir de cette spirale, ma thèse vise à valider un autre procédé sans additif chimique. Ma solution : les bulles, mais pas n’importe lesquelles ! Celles formées dans un liquide, non pas en le chauffant comme pour une ébullition, mais en en baissant la pression. Le phénomène s’appelle la cavitation. De là, les bulles formées oscillent et implosent violemment en dégageant une puissante énergie initiatrice de réactions chimiques.

 

La cavitation peut apparaître grâce à des ultrasons. D'ailleurs, votre opticien s’en sert pour nettoyer les lunettes. Cette technique fonctionne aussi pour dépolluer l'eau et je vais la tester puis l'optimiser sur les polluants issus du démantèlement. Une autre technique innovante de mon laboratoire permet de générer le phénomène de cavitation en impactant la surface du liquide. Ce deuxième procédé a pour avantage d'être simple et peu coûteux à réaliser. Mes résultats obtenus par ultrasons vont m'inspirer pour développer ce nouveau dispositif à impact mécanique. Si je prouve son efficacité, un nouveau mode de traitement des eaux sera accessible à l'industrie qu'elle soit appliquée au nucléaire ou non.

 

Cette thèse se déroule dans le cadre du projet CADET de l’ANDRA, financé par Investissement d’Avenir.

 

Institut Jean Le Rond d'Alembert (IJLRA, CNRS/UPMC/Ministère de la culture et de la communication)Nouvelle fenêtre

 

Institut de Chimie Séparative de Marcoule (ICSM, CEA/CNRS/UM/ENSCM)Nouvelle fenêtre

 

École doctorale « Sciences mécaniques, acoustique, électronique et robotique de Paris » (ED391)Nouvelle fenêtre

 

© UPMC – Pierre Kitmacher



10/03/17