Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Sara Al Rawi

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

Sara Al Rawi

Bébé c'est moitié papa, moitié maman... Et bien papa vraimaman...

Identification du mécanisme de dégradation des mitochondries paternelles après la fécondation

 

Un bébé c'est la rencontre de deux cellules, une venant du père, le spermatozoïde et l'autre de la mère, l'ovocyte. Cette rencontre formera une nouvelle cellule qui va se diviser des milliers de fois donnant des millions de cellules qui formeront le nouvel organisme de bébé.

 

Mais qu’y a-t-il dans une cellule ? Un des éléments essentiels, l'ADN, loge dans le coeur de la cellule, le noyau. On dit que l'ADN est le « support de l'information génétique ». C'est en fait comme une grande bibliothèque de livres dont chaque chapitre, appelé gène, donne la recette pour confectionner les différents mets, les protéines, important à la vie de la cellule. Autour du noyau de la cellule, il y a plein d’éléments et composants qui s'affairent aux différentes tâches de cette usine cellulaire. On retrouve notamment les centrales énergétiques de la cellule, appelées mitochondries. Ces machines à fabriquer de l’énergie sont bien particulières, elles possèdent en leur ventre de l'ADN qui leur est propre. Quelques livres éparpillés mais dont les chapitres sont tout aussi importants que ceux du noyau pour la vie de l'organisme.

 

Sauf que voilà, quand bébé est formé, il hérite de la moitié de la bibliothèque du noyau de la mère et de la moitié de la bibliothèque du noyau du père. Mais les livres des machines à énergie ne seront hérités que de la mère. Que deviennent ceux du père alors ? Si je vous disais que ceux-ci sont mangés par la cellule de maman ? Eh oui, vivent les croque-monsieur !

 

Laboratoire de biologie du développement (CNRS/UPMC/Inserm)Nouvelle fenêtre

 

École doctorale « Complexité du vivant »Nouvelle fenêtre



14/03/14