Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Pierre Bondareff

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

Pierre Bondareff

La lumière qui ne se propage pas

Contrôle cohérent du champ proche de milieux désordonnés

  

Nous avons tous en tête la lumière comme une onde qui est émise, qui se propage dans notre environnement, et que nous pouvons voir. On peut aussi la voir avec un microscope pour des petits objets ou bien un télescope pour regarder des planètes par exemple.

 

En 1982, Dieter W. Pohl a pour la première fois mesuré un signal provenant de lumière qui ne se propage pas. Cette lumière, ou énergie, peut être localisée sur un échantillon et ne pas se propager. Un peu comme un gaz qui serait restreint à rester dans un ballon, elle est imperceptible pour quelqu'un autour. Ainsi pendant des siècles, elle était là sans que personne ne puisse la mesurer ni percevoir son existence. Pour la « voir »,  Dieter W. Pohl a amené à quelque nanomètres d’une surface métallique éclairé par un laser un pointe métallique très fine, agissant comme un petit trou dans un ballon gonflé : de la même manière que l’air sort, la lumière est parvenu jusqu’à lui, et a pu être mesuré.

 

Vous ne le savez peut-être pas mais les fibres optiques ont actuellement atteint leur taille minimale, de l’ordre de 50 microns de diamètre. La lumière classique ne rentre pas dans des fibres plus petites, mais avec la lumière particulière dont je viens de parler, il est possible de gagner un facteur 1000. Reste encore à la contrôler !!!

 

Pour contrôler cette lumière, il faut des techniques particulières et nous avons montré comment il est possible de le faire en imaginant que cette lumière se comporte comme la surface d’un océan. De la même manière qu’un tremblement de terre peut engendrer un tsunami, nous pouvons aussi lancer de la lumière et la concentrer en un endroit voulu sur une surface minuscule : 10x10 nm². Les applications sont dans le domaine de l’information et de la communication.

 

Institut Langevin « Ondes et Images » (CNRS/ ESPCI Paristech/UPMC/Université Paris Diderot/Inserm)Nouvelle fenêtre

 

École doctorale « Physique de l’Île-de-France »Nouvelle fenêtre



24/03/14