Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Jean-Baptiste Delisle

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

Jean-Baptiste Delisle

Le chant des planètes

Outils analytiques et numériques pour la dynamique des systèmes planétaires extrasolaires en résonance ou non

 

Et si les planètes chantaient ? Je m'explique. Après leur formation autour de leur étoile-mère, les planètes migrent : au lieu de faire un cercle autour de l'étoile, elles spiralent doucement. Et plus elles s'approchent de l'étoile, plus elles tournent vite (la Terre en un an, Mercure en 88 jours). Comme un chanteur qui chante de plus en plus aigu. Deux planètes qui migrent finissent souvent dans un état d'harmonie : la résonance. Une résonance c'est quand une planète fait un tour pendant que l'autre en fait deux (ou 1-3, 2-3…). Comme deux chanteurs qui chantent à la tierce, à l'octave... C'est beau.

 

En écoutant le chant des exoplanètes (autour d'autres étoiles), on s'est aperçu qu'il y en a beaucoup qui chantent presque juste, mais pas exactement. Elles sont juste à côté d'une résonance. On pense que quand elles étaient jeunes, comme beaucoup de planètes, elles ont eu une phase de migration rapide pendant laquelle elles ont trouvé l'harmonie parfaite (la résonance). Mais après cette première phase, un autre phénomène s'est mis à les désaccorder lentement.

 

Le coupable : l'effet de marée. Comme la Lune déforme les océans sur Terre, une étoile déforme ses planètes. Et comme la Lune s'éloigne de la Terre (4 cm/an) à cause de l'effet de marée, les planètes s'éloignent ou s'approchent de l'étoile. Et l'harmonie est brisée. En comparant le chant de deux planètes, on peut savoir si l'effet de marée a été fort et cela nous renseigne sur la nature des planètes. Bref, si les planètes chantaient, elles chanteraient faux !

 

Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE, Observatoire de Paris/CNRS/UPMC/Université Lille 1/Université Paris-Sud/Bureau des longitudes/IPSA)Nouvelle fenêtre

 

École doctorale « Astronomie et astrophysique d'Île-de-France »Nouvelle fenêtre



14/03/14