Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Réseaux quantiques hybrides, lumière et matière, HybridNet, Julien Laurat

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Egalement dans la rubrique

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

Réseaux quantiques hybrides, lumière et matière, HybridNet, Julien Laurat

Hybrid Quantum Networks (HybridNet)

Le domaine de l’information quantique s’est développé avec la perspective d’exploiter les particularités du monde quantique pour accomplir des tâches difficiles, voire impossibles avec les méthodes traditionnelles de traitement de l’information. Communication et calcul quantiques sont deux exemples de ces applications.

 

Le projet HybridNet a pour objectif de développer les briques de base de « réseaux quantiques » permettant la distribution et le traitement de l’information quantique. Ces réseaux, où l’information serait transportée par la lumière, et constitués de nœuds où lumière et matière échangeraient leur état à la demande, permettraient par exemple des communications quantiques à grande distance. Ce projet se propose d’explorer en particulier une implémentation « hybride » de ces réseaux, où les aspects corpusculaires et ondulatoires de la lumière sont exploités simultanément. De nouveaux outils de stockage d’information dans des atomes refroidis par laser et piégés autour de fibres optiques, ou encore des portes quantiques permettant le traitement de cette information, seront notamment développées dans ce but.

 

Après des études à l’Institut d’Optique-Graduate School, Julien Laurat a effectué sa thèse au laboratoire Kastler-Brossel sous la direction de Claude Fabre et Thomas Coudreau. Ses travaux ont porté sur la génération d’intrication à l’aide d’oscillateurs paramétriques optiques (2004). Il a ensuite rejoint l’équipe de Philippe Grangier à l’Institut d’Optique où il a étudié la réalisation d’états ‘Chat de Schrödinger’ optiques. Il a ensuite effectué un postdoctorat dans le groupe de Jeff Kimble au California Institute of Technology. Ses travaux se sont centrés sur l’interaction lumière-matière et ont permis d’interfacer des ensembles d’atomes et des photons uniques. Il a alors démontré les premières versions de réseaux quantiques élémentaires. Julien Laurat a été recruté au laboratoire Kastler-Brossel en 2007 comme Maitre de Conférences de l’UPMC puis en 2013 en tant que professeur. Depuis, il travaille au sein de l’équipe Optique Quantique sur la distribution et le traitement quantique de l’information. En 2011, Julien Laurat a été lauréat de l’appel « Émergence(s) » de la Ville de Paris et nommé à l’Institut Universitaire de France.

 

Laboratoire Kastler-Brossel (LKB, CNRS/UPMC/ENS/Collège de France) Nouvelle fenêtre



16/01/15