Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Mécanique et transport des fluides, désalinisation, nanostructures, NanoSOFT, Alessandro Siria

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Egalement dans la rubrique

Mécanique et transport des fluides, désalinisation, nanostructures, NanoSOFT, Alessandro Siria

NanoSOFT - Fluid transport at the nano- and meso-scales :

from fundamentals to applications in energy harvesting and desalination process

Ce projet a pour but d’étudier le comportement dynamique des fluides à l’échelle nanométrique. À cette échelle, le comportement de la matière se démarque fortement des modèles standards et de nouvelles fonctionnalités ayant des implications dans l’ultrafiltration, la désalinisation et la conversion d’énergie peuvent émerger. L’étude et la compréhension des mécanismes régissant le transport fluidique à l’échelle moléculaire nécessite la création de systèmes fluidiques d’un nouveau genre permettant l’étude du transport des ions et des fluides à l’échelle nanométrique. L’objectif est d’obtenir de nouveaux systèmes à partir de nanostructures, comme les nanotubes, utilisés tels des blocs de construction. Ce projet a pour but de créer un lien entre la recherche fondamentale en matière molle, la matière condensée et les nanosciences. Une attention particulière sera portée au domaine de la production et de la conversion d’énergie renouvelable et au transfert des résultats fondamentaux vers de nouvelles applications.

 

Portrait

Après des études à l’université de Gênes en Italie, Alessandro Siria, 32 ans, a obtenu son doctorat de physique à L’institut Néel en 2009. En 2011, il intègre le CNRS en tant que chargé de recherche à l’Institut Lumière Matière de Lyon. Depuis janvier 2015, Alessandro Siria travaille au Laboratoire de physique statique de l’École normale supérieure de Paris. Sa recherche est à l’interface entre plusieurs domaines : physique de l’état solide, nanoscience et matière molle. Alessandro Siria développe des systèmes expérimentaux uniques dans le but d’étudier la physique à l’échelle nanométrique. Après avoir été formé à la mesure précise des forces de surface, il s’intéresse maintenant aux aspects plus fondamentaux de la matière molle.

 

Laboratoire de physique statistique de l’ENS (CNRS/ENS/UPMC/UDP)Nouvelle fenêtre

 

Source : institut de physique du CNRS



03/03/15