Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

ERCcOMICS, la science qui va « cartooner » !

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

ERCcOMICS, la science qui va « cartooner » !

© La Bande Destinée

Est-il possible de promouvoir des travaux scientifiques financés par l’agence de l'ERC parfois très pointus sans perdre le lecteur en cours de route ? Plus difficile encore, peut-on expliquer aux chercheurs les avantages du régime de financement ERC pour le développement technologique, scientifique et pour la société dans son ensemble sans utiliser des graphiques et termes trop complexes ? Le projet ERCcOMICS, une ERC portée par l’UPMC en partenariat avec la Bande Destinée*, se propose d'y parvenir en exploitant la puissance de narration visuelle des webcomics. Où l’adage « On n’est jamais mieux servi que par soi-même » prend ici tout son sens…

 

L'ERC a pour mission première d'encourager la recherche de la plus haute qualité en Europe grâce à un financement concurrentiel et de soutenir les recherches exploratoires lancées par les chercheurs dans toutes les disciplines sur base de l’excellence scientifique. Consciente que ces projets ne sortent pas suffisamment du cercle très fermé de la communauté scientifique, l’agence a lancé un appel intitulé « Coordination and Support Actions » pour en faire la promotion vers un public beaucoup plus large (étudiants, décideurs politiques, industriels…). ERCcOMICS a été sélectionné en même temps que ERC=Science² (ERC-Squared).

 

Lancé à l’automne 2015, le projet ERCcOMICS s’est donné pour objectif de faire réaliser seize webcomics à un rythme de quatre par année. Chaque projet illustré ou webcomic sera le résultat d’une véritable complicité entre le lauréat d’une bourse ERC et un artiste de bande dessinée. Il aura sa propre identité et revêtira une forme différente en fonction du sujet traité : science-fiction, roman policier, narration autobiographique, récit historique…

 

Chaque réalisation qui totalisera une cinquantaine de pages sera découpée en une dizaine de chapitres. Toutes les oeuvres seront traduites dans les langues officielles de l’Union européenne et seront très largement diffusées via différents canaux, notamment grâce au site dédié à toutes les actualités de ERCcOMICSNouvelle fenêtre (webcomics, expositions, conférences). Quatre duos « porteur de projet/illustrateur » ont été retenus pour la cuvée 2016. Présentation.

 

BEAUTY

Comment les standards de beauté sont-ils construits et définis par la sociologie et ses adeptes ? Et plus précisément, qu’en est-il de l’industrie de la mode, une institution bien ancrée dans nos sociétés ? Et maintenant, imaginons qu’une entreprise avant-gardiste et chasseuse de tendances se retrouve face à un groupe d’étudiants en colère et profondément antisystème qui cherchent à casser les codes et combattent la façon dont l’industrie impose les diktats de la mode et de la beauté, comment va-t-elle réagir ?

 

La scientifique : Giselinde KuipersNouvelle fenêtre

Giselinde Kuipers est professeure de sociologie culturelle à l'université d'Amsterdam aux Pays-Bas. Elle a étudié l'anthropologie culturelle à l'université d'Utrecht, ainsi qu’à l'université de Séville en Espagne. En 2001, elle a obtenu son doctorat en sociologie à l'université d'Amsterdam. Avant d’occuper son poste actuel, elle a travaillé au département des études en communication à l'université d'Amsterdam, a été reçue pendant une année à l'université de Pennsylvanie à Philadelphie (États-Unis) en tant que chercheure invitée et a fait un séjour postdoctoral à l'université Erasmus de Rotterdam. http://www.giselinde.nl/

 

Les artistes : Eleonora AntonioniNouvelle fenêtre et Francesca ProtopapaNouvelle fenêtre

Née à Rome en 1983, Eleonora Antonioni a étudié à l'école internationale de la bande dessinée entre 2002 et 2005. Depuis elle s’est orientée vers l'illustration et la bande dessinée. Elle vit et travaille à Turin pour des clients très variés tels que Rcs Libri, Einaudi Ragazzi/Edizioni EL, Sinnos, ELI/La Spiga, Babbel ou encore le magazine Elle. http://www.eleonora-antonioni.com/

Née à Rome, Francesca Protopapa dessine sous le pseudonyme de Pistrice, du nom de son monstre marin favori. Si la femme est son sujet de prédilection, le plaisir, le désir et les plaisirs sensoriels sont l'essence même de son travail. Elle travaille également comme graphiste sur des projets de communication culturelle et a fondé Squame en 2011, une association pour la promotion des jeunes illustrateurs. http://www.pistrice.com

 

Flow Machines

Les machines peuvent-elles nous aider à devenir plus créatifs ? La question est au centre du projet Flow Machines. L’idée de base du projet est de lier la créativité à la notion de « style ». Le style est ce qui rend un auteur - peintre, écrivain ou compositeur - différent et reconnaissable. Inventer un style est un processus long qui dure parfois une vie entière. En effet, lorsqu'on observe les parcours d'artistes qui sont arrivés à inventer un nouveau style, on se rend compte qu'ils ont commencé par manipuler le style des autres jusqu’à ce que quelque chose de nouveau et intéressant en émerge. Le projet Flow Machines observe ce problème d’un point de vue informatique : comment une machine peut-elle comprendre le style d’un auteur et le transformer en objet computationnel ? Un objet qui, plus spécifiquement, puisse être manipulé par les utilisateurs pour donner vie à de nouvelles créations - avec leurs propres contraintes.

 

Le scientifique : François PachetNouvelle fenêtre

Ancien élève de l’École des Ponts and Chaussées, François Pachet a fait sa thèse au laboratoire d’informatique de Paris 6 (LIP6, CNRS/UPMC) et a été enseignant-chercheur en intelligence artificielle à l’UPMC. Il a rejoint le SONY Computer Science Laboratory Paris en 1997 où il a constitué une équipe de recherche sur la musique interactive, l’écoute, la composition et la performance.

 

L’artiste : Fiammetta GhediniNouvelle fenêtre

Née à Bologne, Fiammetta Ghedini s’est installée à Paris après une thèse sur les illusions perceptives (SSSUP, Pise et UCL, Londres). Elle a commencé par faire de la communication scientifique avant de devenir une artiste de bande dessinée à part entière, son rêve secret ! Participer au projet ERCcOMICS lui permet de combiner art et science.

 

Transformation Optics

L’idée même d’invisibilité relève bien souvent de la science-fiction. Mais la recherche pourrait-elle passer de la fiction à la science ? Transformation Optics s’emploie à trouver des connexions entre des concepts abstraits et théoriques, entre géométrie et relativité pour transformer l’invisibilité en une science bien réelle !

 

Le scientifique : Ulf LeonhardtNouvelle fenêtre

Né en ex-RDA, Ulf Leonhardt a étudié la physique à l'université Friedrich-Schiller d'Iéna, à l'université d'État de Moscou et à l'université Humboldt de Berlin où il a obtenu son doctorat en 1993. De 2000 à 2012, il a dirigé la chaire de physique théorique de l'université de St-Andrews au Royaume-Uni et a rejoint depuis l'institut des sciences Weizmann en Israël.

 

L’artiste : Thomas GosselinNouvelle fenêtre

Né à Londres d'une mère irlandaise et d'un père français, Thomas Gosselin a étudié l’art de la bande dessinée à Angoulême. Il vit actuellement à Montreuil près de Paris, où il écrit et dessine au gré de ses rencontres et promenades.

 

Treeclimbers

Les forêts tropicales jouent un rôle essentiel dans le cycle global du carbone. Dont acte. Mais ce que l’on sait moins, voire pas du tout, c’est que les lianes en sont les éléments-clefs. En l’espace d’une vingtaine d’années, elles ont permis d’accroître et d’enrichir la biomasse. Pour quelles raisons ? La prolifération des lianes correspond peut-être à une adaptation forcée des forêts tropicales au changement climatique. Mais attention ! Contrairement aux idées reçues, les lianes ne pourraient pas servir à Tarzan s’il existait réellement : elles prennent racine au pied des arbres ! L’objet d’étude est la forêt elle-même avec ses plantes, ses insectes, ses animaux, le tout cohabitant dans un équilibre toujours plus fragilisé.

 

Le scientifique : Hans Verbeeck

Diplômé en bio-ingénieries (Land and Forest Management) à UGent en 2002, Hans Verbeeck a obtenu son doctorat en 2007 à l'université d'Anvers sur la modélisation des bilans carbone et de l'eau dans les forêts tempérées. En 2015, il a été nommé professeur de recherche à la faculté de génie et biosciences. Il y a créé le groupe de recherche CAVElabNouvelle fenêtre (Computational and Applied Ecology Végétation) au sein du département d'écologie appliquée et de biologie environnementale.

 

L’artiste : Giacomo NanniNouvelle fenêtre

Né à Rimini, Giacomo Nanni est un illustrateur, graphiste et romancier résidant à Paris. Il a travaillé pour des magazines tels que L'Obs, XXI, Marie-Claire, Air France Magazine, Officiel Italia, Alternatives Internationales, Libération, Internazionale. Ses romans graphiques sont publiés en France chez Cornélius.

Pour en savoir plus :

* Bureau des contrats et financements européens de la direction générale de la recherche et du transfert de technologie (DGRTT) de l’UPMCNouvelle fenêtre

Coordinatrice du projet : Elena Billi-Rizza, responsable du bureau Europe de l’UPMC

Project manager : Marie-Christine Agopian

 

Direction générale de la recherche et du transfert de technologie (DGRTT) de l’UPMCNouvelle fenêtre

 

La Bande DestinéeNouvelle fenêtre est une agence de communication d’entreprise par la bande dessinée, l’illustration et le dessin animé, Elle a depuis sa création en 2007, constitué un vaste réseau d'animateurs et de dessinateurs de bande dessinée de réputation internationale.

 

Le site de ERCcOMICSNouvelle fenêtre

 

Le site de ERC=Science²Nouvelle fenêtre (ERC-Squared)



15/04/16