Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Une nouvelle molécule contre la maladie de Parkinson

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Une nouvelle molécule contre la maladie de Parkinson

Comment ralentir la progression de la maladie de Parkinson ? C’est l’une des questions que se posent des chercheurs de l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (CNRS/INSERM/UPMC) et du Laboratoire biomolécules : conception, isolement et synthèse (CNRS/UPSud). Ils proposent d’utiliser une petite molécule, la 3-phényl-6-aminoquinoxaline (PAQ). Capable de traverser la barrière hémato-encéphalique, cette molécule permet en effet de protéger les neurones du stress oxydant qui les détruit ou empêche leur récupération. Ces travaux parus dans la revue J. Med. Chem. pourraient, à terme, ouvrir la voie à un traitement curatif de cette maladie.

 

© Z. Yuchi, L. Kimlicka & F. Van Petegem

 

Pour en savoir plus :

Institut du cerveau et de la moelle épiniè€re (ICM, CNRS/UPMC/Inserm)Nouvelle fenêtre

 

Référence :

Gael Le Douaron, Laurent Ferrié, Julia E. Sepulveda-Diaz, Majid Amar, Abha Harfouche, Blandine Séon-Méniel, Rita Raisman-Vozari, Patrick P. Michel & Bruno Figadère. New 6-Aminoquinoxaline Derivatives with Neuroprotective Effect on Dopaminergic Neurons in Cellular and Animal Parkinson Disease Models. J. Med. Chem. 24 juin 2016 DOI: 10.1021/acs.jmedchem.6b00297Nouvelle fenêtre

 

Source : CNRS/INSB



20/09/16