Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Rigidité tissulaire + Forces mécaniques = Équation du développement

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Rigidité tissulaire + Forces mécaniques équation développement

Dans les dernières étapes de son développement, l’embryon du ver Caenorhabditis elegans change de forme et accroit quatre fois sa longueur sans migration ni division cellulaires. L’équipe de Michel Labouesse à l’Institut de Biologie Paris-Seine (IBPS, CNRS/UPMC/Inserm), démontre que cette élongation est basée sur deux composantes physiques : les forces mécaniques générées dans un tissu et la rigidité d’autres tissus. Ces résultats ont été publiés le 9 février 2017 dans la revue eLife.

Gauche : L’embryon de C. elegans avec ses filaments d’actine dans l’épiderme en vert. Les cellules latérales sont délimitées par une ligne magenta. Droite : schéma illustrant comment les câbles d’actine et les constrictions générées par les cellules latérales induisent l’allongement dans la direction tête-queue. © Thanh Vuong-Brender

Pour en savoir plus :

Institut de Biologie Paris-Seine (IBPS, CNRS/UPMC/Inserm)Nouvelle fenêtre

 

Référence :

The interplay of stiffness and force anisotropies drive embryo elongation. Thanh Thi Kim Vuong-Brender, Martine Ben Amar, Julien Pontabry Michel Labouesse. eLife 2017;10.7554/eLife.23866. Published February 9, 2017.

 

Source : CNRS/INSB.



07/03/17