Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Le ver de Pompéi survit jusqu’à 50 °C... mais pas au-delà

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Le ver de Pompéi survit jusqu’à 50 °C... mais pas au-delà

Des chercheurs du Laboratoire Systématique, adaptation, évolution (CNRS/UPMC/MNHN/Université Antilles Guyane/IRD) ont réussi un double exploit : remonter vivant du fond des océans Alvinella Pompejana, le ver emblématique des sources hydrothermales, et établir en laboratoire les limites de sa résistance à la chaleur. Contredisant les précédentes mesures réalisées sur site, qui en faisaient l’animal le plus thermorésistant de la planète, ils montrent que le ver de Pompéi succombe au-delà de 50 °C - la température limite fixée pour le règne animal.

 

Il avait défrayé la chronique dans les années 90 : sur une photo de Nature, on voyait ce ver typique de la faune des cheminées hydrothermales enroulé autour d’un thermomètre affichant une température de… 105 °C ! Depuis sa découverte en 1980, Alvinella Pompejana, le « ver de Pompéi » appelé ainsi car il vit sur les parois des cheminées hydrothermales dans une pluie de cendres permanente, avait la réputation d’être l’animal le plus thermorésistant de la planète. Jusque-là, on pensait en effet qu’aucun être vivant ne pouvait survivre au-delà de 50°C… Le mythe est tombé : une équipe du laboratoire Systématique, adaptation, évolution, de l’université Pierre et Marie Curie (UPMC), vient d’apporter la preuve expérimentale que, s’il semblait capable de supporter de courtes incursions à plus de 100 °C, le ver succombait après deux heures dans une eau à 50°C. Lire l’intégralité de l’article sur le site de l’INEENouvelle fenêtre.

 

Pour en savoir plus :

Laboratoire Systématique, adaptation, évolution (CNRS/UPMC/MNHN/Université Antilles Guyane/IRD)

 

Référence :

Thermal Limit for Metazoan Life in Question : In Vivo Heat Tolerance of the Pompeii Worm, publié le 29 mai dans Plos One par Juliette Ravaux, Gérard Hamel, Magali Zbinden, Aurélie A. Tasiemski, Isabelle Boutet, Nelly Léger, Arnaud Tanguy, Didier Jollivet et Bruce Shillito.

 

Contact chercheur :

Juliette Ravaux, Laboratoire Systématique, adaptation, évolution l T. 01 44 27 35 02 l juliette.ravaux@snv.jussieu.fr

 

Photo : le ver Alvinella Pompejana, ou ver de Pompéi, vit à côté des sources hydrothermales, à 2500 mètres de profondeur. © O. Dugornay



10/07/13