Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Les comètes, pierres de Rosette des astrophysiciens

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Les comètes, pierres de Rosette des astrophysiciens

Le Soleil et les corps célestes qui l’entourent se sont formés il y a 4,6 milliards d’années, suite à l’effondrement d’un énorme nuage de gaz et de poussières. Majoritairement constituées de glaces, silicates et organiques, les comètes ont pu apporter de l’eau sur Terre. Avec la mission spatiale européenne Rosetta, les scientifiques ont jeté leur dévolu sur la comète 67P-Churyumov-Gerasimenko, dite de la famille de Jupiter et découverte en 1969. Elle gravite autour du Soleil selon une trajectoire elliptique en 6,44 années.

 

L'équipe du LATMOS qui a participé au projet Rosetta presque au complet. De gauche à droite : Philippe Waldteufel, Thomas Foujols, François Wicek, Michel Cabane, Michel Hamelin, Jean-Jacques Berthelier, Alice Le Gall, Valérie Ciarletti, Anny-Chantal Levasseur-Regourd, Anthony Lethuillier, Sylvain Caujolle-Bert, Jean-Louis Berthaud, Damien Ducatteau, Michel Leclere, Alain Hauchecorne, Danièle Hauser, Pierre Gilbert, Germain Poiet, Christian Malique, Philippe Keckhut, Jean-Francis Brun, Patrick Poinsignon. © UPMC-Pierre Kitmacher

 

« Le bilan est vertigineux : dix ans de voyage interplanétaire, six milliards de kilomètres parcourus, trois tonnes de matériel acheminées, plus de deux ans d’hibernation et des milliers de personnes impliquées », commente Anny-Chantal Levasseur-Regourd, professeur UPMC au laboratoire « atmosphères, milieux, observations spatiales » (Latmos, CNRS/UPMC/UVSQ). « C’est une prouesse technologique et une aventure humaine sans précédent. Les équipes ont rivalisé d’inventivité depuis les études préliminaires jusqu’au lancement et la mise en orbite de la sonde en passant par la conception et la programmation des instruments ! ».

 

Au terme d’une descente à haut risque en terrain totalement inconnu, l’atterrisseur Philae a accompli sa mission sur le noyau de la comète, fin 2014. Les scientifiques n’en ont pas encore terminé avec le dépouillement de toutes les analyses. Rosetta quant à elle, poursuit sa route au moins jusqu’en décembre 2015.

Pour en savoir plus :

Laboratoire « atmosphères, milieux, observations spatiales » (Latmos, CNRS/UPMC/UVSQ)Nouvelle fenêtre

 

À lire :

Rosetta : les premiers résultats de l’instrument ROSINANouvelle fenêtre

 

« Gros plan sur l'équipe Rosetta du Latmos » Nouvelle fenêtre



28/05/15