Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Vers des batteries plus durables : la piste des bactéries

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Vers des batteries plus durables : la piste des bactéries

Les organismes vivants sont sources d’inspiration pour l’homme depuis des siècles, de Léonard de Vinci à l’inventeur du Velcro®. L’étude présentée ici s’inscrit dans cette continuité. Elle applique cette démarche au stockage électrochimique de l’énergie avec une légère différence : il ne s’agit plus de s’inspirer de la nature mais d’apprendre à en tirer directement bénéfice. Une équipe de chercheurs du Laboratoire de réactivité et chimie des solides (CNRS/Université de Picardie) en collaboration avec des chercheurs de l’Institut de minéralogie et de physique des milieux condensés (CNRS/UPMC) vient d’utiliser des bactéries pour produire des coques d’oxyde de fer utilisables comme matériaux d’électrodes pour batteries Li-ion. Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue Energy & Environmental Science. Lire l’intégralité de l’article sur le site de l’INC du CNRSNouvelle fenêtre.

Pour en savoir plus :

Laboratoire de réactivité et chimie des solides (CNRS/Université de Picardie)

Institut de minéralogie et de physique des milieux condensés (CNRS/UPMC)Nouvelle fenêtre

 

Bactéries après chauffage. Les flèches indiquent quelques coques ouvertes, ce qui permet d’observer leur forme creuse. © RS2E/RSC

 

Bactériomorphe vue en coupe. On remarque les grains nanométriques d’hématite là où était le périplasme de la bactérie. © RS2E/RSC

 

Référence :

J. Miot, N. Recham, D. Larcher, F. Guyot, J. Brest et J-M. Tarascon. Biomineralized α-Fe2O3: Texturation and electrochemical reaction with Li. Energy & Environmental Science 7 Novembre 2013. DOI : 10.1039/c3ee41767kNouvelle fenêtre

 

Contact chercheur :

Dominique Larcher, Laboratoire de réactivité et chimie des solides (Amiens) l dominique.larcher@u-picardie.fr l T. 03 22 82 75 81



18/12/13