Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Tester simplement les liens d’un réseau quantique

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Tester simplement les liens d’un réseau quantique

Des physiciens parisiens et genevois ont mis au point une nouvelle approche pour tester simplement l’opérationnalité des liaisons élémentaires dans un réseau de communication quantique à grande distance. Les développements de l’information quantique, notamment le partage de clé cryptographique, permettent d’envisager la mise en place de réseaux de communication quantique à grande distance. Les protocoles d’échanges actuellement développés à cet effet reposent sur l’utilisation de canaux de communication élémentaires dans lesquels transitent des photons uniques. Le transfert d’une information quantique nécessite alors d’associer plusieurs de ces canaux, ce qui complique grandement les tests d’opérationnalité.

 

Des physiciens du Laboratoire Kastler Brossel (LKB, UPMC/CNRS/ENS/Collège de France) et du groupe de physique appliquée de l’Université de Genève viennent de proposer une méthode simple et efficace pour tester un à un les canaux, sans avoir à mettre en place le protocole complet de communication. En contraste avec les techniques utilisées jusqu’à présent, cette méthode, qui fait l’objet d’une publication dans la revue Physical Review Letters, repose sur des mesures locales et ne requiert pas d’hypothèse sur le lien testé. Lire l'intégralité de l'article sur le site de l'INPNouvelle fenêtre.

 

Pour en savoir plus :

 

Laboratoire Kastler Brossel (LKB, UPMC/CNRS/ENS/Collège de France)Nouvelle fenêtre

Group of Applied PhysicsNouvelle fenêtre, University of Geneva

Centre for Quantum TechnologiesNouvelle fenêtre, National University of Singapore (NUS)

Laboratoire de Physique de la Matière Condensée (LPMC)Nouvelle fenêtre

 

Référence :

Witnessing Trustworthy Single-Photon Entanglement with Local Homodyne Measurements, O. Morin, J.-D. Bancal, M. Ho, P. Sekatski, V. D’Auria, N. Gisin, J. Laurat et N. Sangouard, Physical Review Letters, (2013).

 

Retrouvez l’article dans la base d’archives ouvertes arXivNouvelle fenêtre.

 

Contact chercheur

Julien Laurat, maître de conférences UPMC et membre de l’Institut Universitaire de France l laurat@spectro.jussieu.fr

 

Un état intriqué est généré à partir d’un photon unique, puis les deux canaux corrélés sont détectés localement par deux détections homodynes. Ces mesures, inspirées d’un test de Bell, permettent de déterminer la présence d’intrication, une ressource centrale des réseaux quantiques. D. R.



17/06/13