Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Mesurer l’efficacité d’un vecteur biologique !

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Mesurer l’efficacité d’un vecteur biologique !

La fluorescence est une technique d’analyse qui permet de suivre le signal d’une molécule dite « fluorescente ». En connectant ce type de « molécule traceur » à leurs protéines préférées, les chercheurs peuvent à présent suivre leur comportement, leurs mouvements et leurs interactions avec le milieu cellulaire. En particulier, les peptides pénétrants (« cell-penetrating peptides » (CPPs)) comptent parmi les classes de molécules les plus étudiées par les chercheurs. L’importance des CPPs en biologie va croissante compte tenu de leur potentiel comme vecteurs de médicaments, protéines, nanoparticules … à l’intérieur des cellules.

 

L’équipe « Analyse, interactions moléculaires et cellulaires » du laboratoire des biomolécules du Département de chimie de l’ENS (LBM, UPMC/ENS/PSL/CNRS) a mis au point un protocole qui permet de quantifier de façon absolue des molécules fluorescentes dans des cellules. Appliquée aux CPPs, la méthodologie permet de décrypter et d’analyser leurs voies d'entrée dans les cellules. Il devient alors possible de suivre et quantifier la part de ces peptides vecteurs qui se retrouvent dans le cytosol (liquide interne à la cellule), c’est à dire de mesurer l’efficacité de la délivrance d’une thérapie anti-cancer par exemple. Accéder de façon quantitative et absolue au cytosol des cellules est essentiel pour réaliser et concevoir des CPPs toujours plus efficaces.

Pour en savoir plus :

Laboratoire des biomolécules (LBM, UPMC/ENS/PSL/CNRS)Nouvelle fenêtre

 

Référence :

Quantitative fluorescence spectroscopy and flow cytometry analyses of cell-penetrating peptides internalization pathways: optimization, pitfalls, comparison with mass spectrometry quantification. Françoise Illien, Nicolas Rodriguez, Mehdi Amoura, Alain Joliot, Manjula Pallerla, Sophie Cribier, Fabienne Burlina & Sandrine Sagan. Scientific Reports 6, 36938 (2016). DOI: 10.1038/srep36938

 

Source : département de chimie de l’ENS.



01/02/17