Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Mars, ça repart en en Mars !

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Mars, ça repart en mars !

La mission de l’Agence Spatiale Européenne ExoMars prend son véritable envol le lundi 14 mars 2016 à Baïkonour pour rejoindre la planète Mars en neuf mois. Cette mission se pare d’un satellite de grande taille (le Trace Gas Orbiter TGO) et d’un atterrisseur (Schiaparelli) qui formeront l’avant-poste de la mission ExoMars avant l’envoi du rover Pasteur sur un prochain créneau de lancement vers Mars.

 

Pour la communauté scientifique française concernée, notamment au laboratoire « Atmosphères, milieux, observations spatiales » (LATMOS, CNRS/UVSQ/UPMC/IPSL), au laboratoire de météorologie dynamique (LMD, CNRS/UPMC/ENS Paris/École polytechnique) et au laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (LESIA, CNRS/UPMC/Observatoire de Paris/Université Paris Diderot), la participation à ACS (spectromètre infrarouge Atmospheric Chemistry Suite) offre une opportunité unique de poursuivre les efforts de développement engagés à la fois sur le front instrumental dans le spatial (développement de SPICAM sur Mars Express) et sur le front de la modélisation théorique (modèle physico-chimique global de l’atmosphère de Mars).

 

L’orbiteur Trace Gas Orbiter de la mission ExoMars. D. R.

 

Les retombées scientifiques possibles ne se limiteront pas à l’étude du méthane et de son origine, mais permettront de comprendre plus en profondeur les grands processus physico-chimiques du climat martien. Les mesures de rapports isotopiques, et notamment du rapport isotopique du deutérium dans l’eau, vont nous permettre comme cela l’est fait sur la Terre de mieux comprendre le cycle hydrologique martien actuel mais aussi son comportement sur des échelles de temps très longues. Ces mesures seront particulièrement utiles pour reconstituer l’histoire de calottes polaires martiennes à partir de mesure des rapports isotopiques. Cette cartographie de l’eau lourde (dont la présence est, elle, avérée sur Mars) permettrait d’ouvrir un volet scientifique ce que les missions martiennes n’ont pu à ce jour exploré.

 

Lire l’intégralité de l’article « L'Europe est à nouveau à la conquête de Mars »Nouvelle fenêtre.

Pour en savoir plus :

À lire : « La mission ExoMars 2016 est lancée ce lundi 14 mars »Nouvelle fenêtre

 

Laboratoire « Atmosphères, milieux, observations spatiales » (LATMOS, CNRS/UVSQ/UPMC/IPSL)Nouvelle fenêtre

Laboratoire de météorologie dynamique (LMD, CNRS/UPMC/ENS Paris/École polytechnique)Nouvelle fenêtre

Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (LESIA, CNRS/UPMC/Observatoire de Paris/Université Paris Diderot)Nouvelle fenêtre

 

Vignette : méthode d’observation en occultation solaire de l’atmosphère de Mars. D. R.



14/03/16