Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

La planète rouge sous un manteau blanc

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

La planète rouge sous un manteau blanc

Il neige la nuit sur Mars et ces chutes seraient similaires à de violentes tempêtes. C'est la surprenante conclusion d'une étude menée par une équipe de planétologues du laboratoire de météorologie dynamique (LMD : UPMC/CNRS/ENS/Ecole polytechnique), de l'université de Stanford (USA) et du laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales (LATMOS : UPMC/CNRS/université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/Institut Pierre-Simon Laplace). L'identification de ce nouveau phénomène permet d'expliquer les observations rapportées en 2008 par la sonde américaine Phoenix, qui avait déjà constaté des chutes de neige. Ces révélations donnent également une nouvelle vision des nuages d'eau sur la planète rouge. L’ensemble des résultats a été publié dans la revue Nature Geoscience.

Sur Mars comme sur Terre, des nuages d'eau apparaissent dans l'atmosphère. Les nuages martiens se forment par condensation de la vapeur d'eau atmosphérique en de petites particules de glace. Ces nuages sont une composante essentielle du climat de Mars, car ils influencent le transport de vapeur d'eau à grande échelle et la forte variation saisonnière des dépôts de glace dans les régions polaires. Grâce aux données fournies par les sondes spatiales Mars Global Surveyor et Mars Reconnaissance Orbiter, les chercheurs ont étudié les variations de la température atmosphérique en fonction de l'altitude. La température au sein des nuages de glace chuterait brutalement à la nuit tombée, formant des masses d’air descendantes rabattant les cristaux de glace vers le sol à plus de 35 km/h. « En certains endroits sur Mars, les petites particules de glace d'une taille de quelques microns pourraient atteindre la surface et former un fin et éphémère givre » explique Aymeric Spiga, contributeur de la publication et enseignant-chercheur au laboratoire de météorologie dynamique

En savoir plus

La publication dans Nature GeoscienceNouvelle fenêtre

Le site du laboratoire de météorologie dynamiqueNouvelle fenêtre

Le site du laboratoire atmosphères, milieux, observations spatialesNouvelle fenêtre

Le site de l'institut Pierre Simon LaplaceNouvelle fenêtre



13/09/17