Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Les géantes rouges les plus évoluées vibrent comme le Soleil

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Les géantes rouges les plus évoluées vibrent comme le Soleil

Une équipe internationale d’astronomes, emmenée par des chercheurs du Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (LESIA, Observatoire de Paris/CNRS/Université Paris Diderot/UPMC), vient de mettre en évidence que les étoiles géantes rouges de type M possèdent des oscillations similaires au Soleil. Cette découverte permet de mieux comprendre le fonctionnement de ces astres et de favoriser leur utilisation comme outil de mesure de distance au voisinage de la Voie Lactée. Leur étude est parue récemment dans la revue Astronomy & Astrophysics.

 

Les oscillations des étoiles géantes rouges et froides, de type spectral M, sont suffisamment importantes (de l'ordre du millième de magnitude en valeur relative) pour être observables depuis longtemps à l’aide de télescopes au sol. Ainsi, leur étude dans les nuages de Magellan par les grands relevés infrarouges tels OGLE, a conduit à la mise en évidence de relations reliant les périodes observées à la luminosité de l'étoile. Différentes séquences ont été identifiées, sans que la nature des oscillations ne soit découverte. Lire l’intégralité de l’article sur le site de l’Insu.Nouvelle fenêtre

 

Pour en savoir plus :

Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (LESIA, Observatoire de Paris/CNRS/Université Paris Diderot/UPMC)Nouvelle fenêtre

 

Les étoiles géantes rouges de type M, sont caractérisées par des raies intenses de métaux neutres et des bandes moléculaires de l’Oxyde de Titane (TiO) très développées. Ces étoiles froides ont une température inférieure à 3500K. Bételgeuse et Antarès sont des exemples d’étoiles de ce type spectral.

 

OGLE (the Optical Gravitational Lensing ExperimentNouvelle fenêtre) : c’est un grand relevé dans l’infrarouge mené depuis le Chili, entre autre sur les nuages de Magellan.

 

CoRoT : lancé le 26 décembre 2006, le télescope spatial CoRoT est né d’une initiative française. Il a été réalisé sous la maîtrise d’Âœuvre du CNES et sous la responsabilité scientifique de l’Observatoire de Paris, qui préside le comité scientifique rassemblant de nombreux laboratoires français et étrangers. Une exposition, à voir jusqu’au 29 décembre 2013 au Musée de l’Air et de l’Espace, retrace son épopée.

 

Le satellite Kepler de la NASANouvelle fenêtre

 

Références :

B. Mosser et al., Period-luminosity relations in evolved red giants explained by solar-like oscillationsNouvelle fenêtre, Astronomy & Astrophysics, 10/2013.

 

B. Mosser et al. 2011, The universal red-giant oscillation pattern, An automated determination with CoRoT dataNouvelle fenêtre, Astronomy & Astrophysics 525, L9

 

Contact :

Benoît Mosser, LESIA l 01 45 07 76 75 l benoit.mosser@obspm.fr

 

Photo vignette : Comparaison des tailles des géantes rouges découvertes par Kepler. © University of Sydney/CNRS



13/11/13