Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Le voyage du sodium de la tête à la queue des comètes

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Le voyage du sodium de la tête à la queue des comètes

L’observation de la comète Hale-Bopp, véritable boule de roches et de glaces, a conduit à la découverte en 1997 d’une nouvelle queue reliée à l’émission de la raie D du sodium neutre. Ce résultat a priori surprenant pourrait s’expliquer par un scénario purement chimique. Le sodium, initialement piégé sous forme d’ions Na+ serait transféré dans la glace à la suite du lessivage des roches ; il se transformerait progressivement en atome neutre lors de l’érosion de la couche de glace par sublimation à l’approche du soleil. Ce résultat, obtenu par une équipe pluridisciplinaire conduite par des chercheurs issus du laboratoire de chimie théorique (CNRS/UPMC) et du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (CNRS/AMU), est publié dans la revue The Astrophysical Journal Letters. Lire l’intégralité de l’article sur le site de l’INC du CNRSNouvelle fenêtre.

 

Image recomposée à partir de trois photos au travers de trois filtres sélectifs des longueurs d’ondes d’émissions des ions de l’eau, du sodium et des poussières. © J. Wilson, J. Baumgardner, M. Mendillo (Boston University)

 

Pour en savoir plus :

Laboratoire de chimie théorique (LCT, CNRS/UPMC)Nouvelle fenêtre

 

Laboratoire d'astrophysique de Marseille (Université Aix Marseille/CNRS)Nouvelle fenêtre

 

Institut UTINAM (« Univers, transport, interfaces nanostructures, atmosphere et environnement, molécules », Université de Franche-Comté/CNRS)Nouvelle fenêtre

 

Laboratoire « Atmosphères, milieux, observations spatiales » (Latmos, CNRS/UPMC/UVSQ/Cnes)Nouvelle fenêtre

 

Laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (Lesia CNRS/UPMC/UVSQ/Cnes)Nouvelle fenêtre

 

Référence :

Y. Ellinger, F. Pauzat, O. Mousis, A. Guilbert-Lepoutre, F. Leblanc, M. Ali-Dib, M. Doronin, E. Zicler et A. Doressoundiram. Neutral Na in cometary tails as a remnant of early aqueous alteration. The Astrophysical Journal letters. 12 mars 2015. doi:10.1088/2041-8205/801/2/L30 Nouvelle fenêtre



18/03/15