Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Le noyau de la Lune révélé par la lumière synchrotron

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Le noyau de la Lune révélé par la lumière synchrotron

Les enregistrements sismiques obtenus grâce au programme spatial Apollo (Apollo Lunar Surface Experiments Package) fournissent des informations très précieuses sur la structure interne de la Lune. Cependant, ces données ne suffisent pas à déterminer la structure ainsi que les propriétés de son noyau. Afin de mieux interpréter les différentes propriétés sismiques, des mesures de densité et de vitesse du son dans le fer aux pressions et températures existant dans le noyau lunaire, ont été obtenues par des chercheurs de l’équipe « Minéralogie des intérieurs planétaires » de l’Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC, CNRS/UPMC/IRD/MNHN) et présentées dans la revue PNAS. Ce travail qui fournit de nouvelles clés pour comprendre les observations sismiques, a permis de modéliser précisément la composition et la structure du noyau métallique de la Lune. Lire l’intégralité de l’article sur le site de l’Insu du CNRSNouvelle fenêtre.

 

Vue schématique de l'intérieur de la Lune et zoom sur le modèle de noyau proposé. Ce modèle résulte de la comparaison des observations sismiques par les missions Apollo et la densité et la vitesse de propagation du son mesurées en fonction de la pression et de la température sur le fer solide et sur les alliages liquides de fer-soufre. La densité moyenne du noyau interne solide est estimée à environ 7700 kg/m3, la vitesse de propagation des ondes de compression (VP) est elle entre 4750 et 5700 m/s, tandis que la vitesse de propagation des ondes de cisaillement (VS) est entre 2150 et 3450 m/s. Pour le noyau externe liquide la densité moyenne est de 6750 kg/m3 et la vitesse de propagation des ondes de compression (VP) est entre 3500 et 4100 m/s. Les ondes de cisaillement ne se propagent pas dans le noyau liquide. D. R.

Pour en savoir plus :

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC, CNRS/UPMC/IRD/MNHN)Nouvelle fenêtre

 

Référence :

Toward a mineral physics reference model for the Moon’s core. Daniele Antonangeli, Guillaume Morard, Nicholas C. Schmerr, Tetsuya Komabayashi, Michael Krisch, Guillaume Fiquet, and Yingwei Fei. PNAS, 1417490112, 16 mars 2015. AbstractNouvelle fenêtre. ArticleNouvelle fenêtre



07/04/15