Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Lancement de MICROSCOPE, le principe d'équivalence mis à l'épreuve

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Lancement de MICROSCOPE, le principe d'équivalence mis à l'épreuve

Dans la soirée du 22 avril 2016 une fusée SOYOUZ lancée depuis Kourou a placé le satellite MICROSCOPE en orbite circulaire héliosynchrone à une altitude de 700 km. L’objectif de cette mission est de tester la validité du principe d’équivalence ou de l’universalité de la chute libre. Cette universalité, qui s’interprète dans la conception newtonienne comme l’équivalence entre la masse inertielle et la masse grave d’un corps, a été vérifiée expérimentalement de façon de plus en plus précise depuis les travaux pionniers de Galilée puis Newton. Elle constitue un des piliers de la théorie de la gravitation d’Einstein, la relativité générale, mais peut-être violée dans un certain nombre de théories plus larges qui tentent d’unifier la gravitation avec les autres interactions connues de la nature. Un des enjeux de la mission MICROSCOPE est donc de tester si ces théories sont avérées.

 

Source : CNRS/INSU.

 

Vue d'artiste de Microscope, le micro-satellite du CNES. Crédits CNES/ill./Ducros David, 2016

Cette mission, sous maîtrise d’Âœuvre du CNES implique l’ONERA, l’ESA, le CNRS. Plusieurs laboratoires du CNRS interviennent dans ce projet :

  • le laboratoire GéoazurNouvelle fenêtre (CNRS/Observatoire de la Côte d'Azur/Université de Nice Sophia Antipolis/UPMC/IRD). Co-Principal Investigateur de la mission, il a participé activement à la définition de l’expérience, il a conçu et développé une partie des algorithmes et des logiciels d’analyse scientifique et il fait partie du Science Working Group, SWG qui organise l’analyse des données et des premiers résultats scientifiques.
  • le laboratoire Kastler BrosselNouvelle fenêtre (CNRS/UPMC/ENS/CdF) intervient dans l’exploitation scientifique à travers sa participation au Science Working Group sur la thématique de la physique interdisciplinaire et une proposition d’analyse des limites de l’instrument.

D’autres laboratoires du CNRS participeront également à l’exploitation scientifique :



20/05/16