Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

De l'alcool éthylique et du sucre dans une comète !

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

De l'alcool éthylique et du sucre dans une comète !

Une équipe internationale menée par des chercheurs français du CNRS et de l'Observatoire de Paris au sein du laboratoire d'études spatiales et d'instrumentation en astrophysique (Lesia, Observatoire de Paris/CNRS/UPMC/Université Paris Diderot) et du laboratoire d'études du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères (Lerma, Observatoire de Paris/CNRS/UPMC/Université de Cergy-Pontoise/ENS) annonce la première détection de l’alcool éthylique (C2H5OH) et du plus simple des sucres, le glycolaldéhyde (CH2OHCHO) dans la comète C/2014 Q2 (Lovejoy). L’étude paraît dans la revue en ligne Science Advances, le 23 octobre 2015.

 

Comète C/2014 Q2 (Lovejoy) prise en photo le 12 février 2015. © Fabrice Noël

 

Découverte en août 2014 par l’astronome amateur australien Terry Lovejoy, la comète C/2014 Q2 vient des régions les plus froides du Système solaire à près de 1 000 unités astronomiques (UA) du Soleil. Elle est issue du nuage d’Oort, un réservoir de comètes situé aux confins du Système solaire. C/2014 Q2 est actuellement sur une orbite intermédiaire (point le plus éloigné à 1 000 UA) entre le nuage d’Oort et le Système solaire interne. Mais, elle vient initialement (il y a plusieurs dizaines à centaines de milliers d'années) du nuage d’Oort. À son passage au plus près du Soleil et de la Terre en janvier 2015, elle est restée visible à l’œil nu pendant plus d’un mois. Depuis la comète Hale-Bopp en 1997, ce fut l’une des comètes intrinsèquement les plus actives à passer près de la Terre, éjectant plus de 20 tonnes de vapeur d’eau par seconde à son maximum d’activité.

Pour en savoir plus :

Ce résultat est le fruit d’une collaboration internationale comprenant des chercheurs CNRS et de l'Observatoire de Paris au sein du laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique (LESIA, CNRS/Observatoire de Paris/UPMC/Université Paris Diderot), du laboratoire d’études du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères (LERMA, CNRS/Observatoire de Paris/UPMC/Université de Cergy-Pontoise/ENS), de l’institut de radioastronomie millimétrique (IRAM, financé par l’INSU/CNRS (France), le Max-Planck-Gesellschaft (Allemagne) et l’Instituto Geográfico Nacional (Espagne), du laboratoire d’astrophysique de Bordeaux (CNRS/Université de Bordeaux), de l’Observatoire de Stockholm et de la NASA.

 

Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique (LESIA, CNRS/Observatoire de Paris/UPMC/Université Paris Diderot)Nouvelle fenêtre

 

Laboratoire d’études du rayonnement et de la matière en astrophysique et atmosphères (LERMA, CNRS/Observatoire de Paris/UPMC/Université de Cergy-Pontoise/ENS) Nouvelle fenêtre



04/11/15