Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

« Lève-toi et marche ! »

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

« Lève-toi et marche ! »

Rééducation des maladies neuromusculaires, équilibre et posture

 

Bon nombre de seniors vivent les troubles de l’équilibre et de la marche comme un passage inéluctable de fin de vie. Or, la difficulté qu’ils éprouvent à se mouvoir peut être la manifestation déguisée d’une maladie ou encore la conséquence d’un AVC ou d’un accident de la route qui font des victimes plus jeunes. Philippe Thoumie, professeur à la Faculté de médecine Pierre et Marie Curie, dirige le pôle de Médecine physique et de réadaptation (MPR) et gériatrie à l’hôpital Rothschild. Avec ses collègues de l’ISIR et le personnel hospitalier, il s’emploie à alléger l’état invalidant de ses patients et à les accompagner vers une récupération partielle ou totale de leur autonomie.

 

En  quoi consiste la médecine physique et de réadaptation ?

Philippe Thoumie. C’est une spécialité médicale qui assure les soins de rééducation et de réadaptation après une maladie ou une intervention chirurgicale. Elle s’inscrit dans un contexte pluridisciplinaire qui associe médecins et personnel paramédical spécialisé tels que kinésithérapeutes, ergothérapeutes, orthophonistes et fait souvent appel à d’autres spécialistes en fonction de la pathologie. Elle s’adresse à des malades aigus ou chroniques les plus divers atteints ou non de déficits physiques ou neurologiques centraux.

 

Un bilan initial apprécie les conséquences fonctionnelles des troubles en s’appuyant sur un examen clinique et des examens complémentaires, voire des techniques sophistiquées d’enregistrement des mouvements et des fonctions altérées. Un traitement adapté aide à la récupération des déficits ou évite leur aggravation avec l’aide de médicaments, rééducation et appareillages. Les soins peuvent être donnés au cours d’hospitalisations brèves ou prolongées, en ambulatoire avec consultations répétées et évaluation périodique de la situation.

 

La rééducation des maladies neuromusculaires de l'adulte est-elle un enjeu de santé publique ?

Philippe Thoumie. L’amélioration de la qualité de vie des personnes en situation de handicap passe par différentes mesures portant sur le sujet lui-même (le corps), sur son environnement immédiat (l’espace péri-personnel) et sur les obstacles matériels et humains auxquels il se trouve confronté (l’espace extra-personnel).

 

Chez les personnes de plus de 75 ans, les chutes, avec ou sans fracture de la hanche, et les pathologies cardio-respiratoires nécessitent souvent une hospitalisation et des périodes d’alitements longues et avec de lourds séquelles. La perte d’autonomie et de mobilité qui en découle les rend alors plus dépendants aux soins et au support familial et social.

 

Vous êtes à la fois chercheur, praticien et enseignant.

P. T. J’exerce en effet en milieu hospitalier, dans un environnement à la fois biomédical et technologique. Avec mon équipe, nous développons des concepts, des modèles, des outils et des méthodes d’investigation relevant du champ thématique général de la posture et du mouvement chez l’homme : activités posturo-cinétiques humaines (posture, mouvement, locomotion, équilibre), dysfonctionnements naturel (vieillissement) ou pathologique

 

Plateforme de perturbation posturale. © ISIR

 

Vous travaillez avec l’Institut des systèmes intelligents et robotiques (ISIR).

P. T. Mes activités de recherche portent sur la biomécanique, la posture équilibre/marche (troubles de la station debout et de la marche), la cognition spatiale, la physiopathologie de la motricité, la récupération motrice et l’apport de la rééducation dans les pathologies du système nerveux central et périphérique. J’ai travaillé avec des membres de l’équipe AGATHE de l’ISIR à la conception d’une plateforme visant à aider la rééducation des patients, le contrôle postural et le réentrainement à l’effort. Ensemble, nous oeuvrons au développement d’approches non pharmacologiques, de coopération interdisciplinaire (handicap/gériatrie/santé publique/sciences sociales) et mettons la recherche technologique au service du grand handicap et de la gériatrie.

 

Pour en savoir plus :

Collège français des enseignants universitaires de médecine physique et de réadaptation (Cofemer)Nouvelle fenêtre

 

À lire dans ce dossier : « Handicap moteur, problèmes de locomotion ou perturbation posturale »



28/07/14