Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Entre Roscoff et Plymouth, il y a une « mer » de recherche

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Entre Roscoff et Plymouth, il y a une « mer » de recherche

Marinexus, une opération franco-anglaise pour la gestion durable du milieu marin

 

La Manche est un espace d’activités économiques et touristiques qui vont du transport de marchandises à la pêche et l’aquaculture, en passant par les loisirs et une urbanisation croissante du littoral. Initié en 2011 par la Station biologique de Roscoff (UPMC/CNRS), le projet Marinexus vise à améliorer les connaissances et à sensibiliser le public aux problématiques liées au développement durable, notamment le phénomène d’anthropisation des écosystèmes marins.

 

Les objectifs de recherche

Les laboratoires en biologie marine de Roscoff et Plymouth ont acquis ces dernières années des données d’observations des écosystèmes marins. Ils ont mis en œuvre des méthodes et des techniques pour étudier leur capacité à s’adapter aux perturbations (acidification, espèces envahissantes comme les macro et micro-algues…) engendrées notamment par les activités humaines. Les recherches menées dans le cadre du projet se déclinent autour de différentes thématiques.

 

Les analyses effectuées à proximité des côtes bretonnes et anglaises et au large, permettent de mieux comprendre l’évolution de paramètres physicochimiques (température, éléments nutritifs, salinité, etc.) et biologiques (phytoplancton et zooplancton), sur le long terme dans le contexte du changement global.

 

La culture et la conservation de souches de micro-algues ainsi que leur caractérisation génétique servent à connaître, préserver et exploiter la biodiversité marine (applications potentielles dans les domaines agro-alimentaire, pharmaceutique, cosmétique…).

 

 

Les scientifiques étudient les effets des espèces introduites, du changement climatique et de l’artificialisation des milieux sur la dynamique des populations et communautés marines côtières. En Manche, de nombreuses espèces introduites (algues, invertébrés…), potentiellement envahissantes, peuvent constituer de sérieux concurrents pour les espèces locales, notamment d’intérêt économique.

 

Les espèces locales de macro-algues et micro-algues marines doivent s'adapter aux changements de l’environnement. Les cycles de vie des macro-algues sont extrêmement sensibles aux variations de l’environnement marin, dont ils peuvent jouer le rôle de témoin. Des micro-algues telles que les coccolithophores réagissent, pour leur part, particulièrement à l’acidification des océans.

 

Sur terre et en mer

Marinexus se déroule à terre avec des conférences animées par des chercheurs, des excursions sur la grève. Des œuvres d’art inspirées des activités scientifiques sont exposées dans les gares maritimes. En mer, durant la saison touristique, une ferry box a été installée sur le navire l’Armorique. Elle relève et analyse en continu des données physicochimiques (température, salinité…) tout au long du trajet du bateau.

 

Des actions de sensibilisation au développement durable en milieu marin

Marinexus vise à sensibiliser les acteurs socio-économiques aux impacts environnementaux que peuvent avoir les projets de constructions côtières, de fermes aquacoles ou piscicoles, ou encore les activités agricoles ou industrielles.

 

Marinexus tend par ailleurs à favoriser le dialogue entre chercheurs et lycéens, en mettant en place des clubs science, lieux de rencontres permettant de stimuler les échanges et les réflexions par le biais d’ateliers pratiques autour de thèmes scientifiques. En Angleterre, des sorties en bateau, encadrées par des chercheurs, complètent les ateliers scientifiques menés à terre. En France, un bus est équipé pour des animations itinérantes. Il participe à des événements locaux et nationaux comme Roscoff fête la mer ou la Fête de la science.

 

En améliorant la connaissance du milieu marin par les scolaires et le grand public, Marinexus a pour ambition de favoriser un changement de comportement à l’égard de ces écosystèmes méconnus. Une plus forte prise de conscience doit pouvoir conduire à des efforts réels de protection de l’environnement. Par ailleurs, la sensibilisation des porteurs d’enjeux (élus, collectivités locales, associations, chambres syndicales…) devraient les aider à prendre leurs décisions en connaissance de cause lorsqu’ils seront confrontés à des projets pouvant avoir un impact sur l’environnement marin : projets de constructions côtières, gestion des ressources en eau et en énergie, établissement de fermes aquacoles ou piscicoles, effets polluants des activités agricoles ou industrielles…

 

Pour en savoir plus :

Station biologique de Roscoff (UPMC/CNRS)

 

Marinexus

 

Les partenaires du projet

Côté français : Station biologique de Roscoff, Centre de découverte des algues, Brittany Ferries, Association les Petits Débrouillards Bretagne (prestataire)

 

Côté anglais : Marine Biological Association, Plymouth Marine Laboratory, Sir Alister Hardy Foundation for Ocean Science, National Marine Aquarium

 

 

http://www.marinexus.org/2012/11/22/bus-marinexus-800-eleves-rencontres-en-un-an/?lang=fr


http://www.marinexus.org/2012/12/21/decouvrez-le-documentaire-sur-le-projet-marinexus/?lang=fr


http://www.marinexus.org/2012/10/16/le-projet-mariexus-saffiche-aux-tonnerres-de-brest-2012/?lang=fr

 

 



13/03/13