Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Acidification des océans, l'autre problème du CO2

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Acidification des océans, l'autre problème du CO2

L’océan est-il devenu comme l’atmosphère une « décharge à CO2 » ? « Oui » répond Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au CNRS au Laboratoire d'océanographie de Villefranche (LOV, UPMC/CNRS) qui a depuis longtemps tiré la sonnette d’alarme. Le coordinateur du projet EPOCA n’a de cesse d’alerter les autorités sur l’impact potentiellement désastreux de l’acidification des océans sur l’environnement et les écosystèmes marins.

 

Pteropod Limacina helicina recueillie à Kongsfjorden, Svalbard. © Steeve Comeau, LOV-CNRS-UPMC

 

Depuis l’avènement de l’ère industrielle, l’utilisation des combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel), la déforestation et la production de ciment ont émis plus de 440 milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Ce relargage favorise l’effet de serre naturel et met en péril la stabilité du climat terrestre. Une partie du CO2 est réutilisée par les végétaux tandis qu'une autre est absorbée par les océans, mais la dissolution du CO2 dans l’eau de mer n’est pas sans effets secondaires : elle entraîne une augmentation de son acidité (diminution de son pH) et une diminution de la concentration d’ions carbonates.

 

Le terme d’« acidification des océans » qui peut prêter à confusion, signifie  que le pH des océans baisse (de 8,2 en 1750, 8.1 aujourd’hui et 7.7 à 7,8 vers la fin du siècle). Cela correspond à une augmentation de l’acidité 150% en 250 ans ; même si l’océan ne deviendra pas acide (pH inférieur à 7). De nombreuses études sont en cours dans l’océan Arctique car, en raison de leur faible température, les zones polaires seront les premières à être touchées.

 

La faune et la flore marine en danger

De nombreuses espèces animales et végétales marines (organismes planctoniques, ptéropodes comme les escargots marins nageurs, coraux) possèdent des squelettes ou coquilles en carbonates de calcium. En-dessous d’un certain seuil, l’eau de mer devient corrosive vis-à-vis du calcaire. Certaines espèces particulièrement sensibles seraient déjà affectées. L’acidification de l’océan pourrait avoir des répercussions sur la biodiversité des certains écosystèmes et donc sur la chaîne alimentaire. Elle pourrait également avoir une incidence sur les intérêts économiques locaux, par exemple en compromettant la sécurité des communautés dans les endroits de faible altitude qui sont protégées de l’effet destructeur des vagues et de la houle par des récifs coralliens.

 

Rio+20 et après ?

Les nations du monde entier se sont donné rendez-vous en juin 2012 à Rio de Janeiro à l’occasion de la conférence des Nations unies sur le développement durable. Les questions relatives aux océans ont été plus que jamais présentes dans les discussions.

  

Déploiement préliminaire de mésocosmes pour étudier l'effet de l'acidification des océans sur la communauté pélagique dans le cadre du projet MedSeA. © David Luquet, UPMC-CNRS

 

Les écosystèmes pourraient être endommagés ou détruits du fait de l’acidification, souvent en relation avec d’autres facteurs de stress tel que la température. Par exemple, les projections suggèrent que si les niveaux de CO2 atmosphérique continuent d’augmenter, en 2050 les conditions de vie pour les barrières coralliennes d’eaux chaudes seront extrêmes en termes de température et d’acidité, et on peut s’attendre à l’extinction de certaines espèces. En 2100, 70% des coraux d’eaux froides courent le risque d’être exposés à des eaux corrosives.

 

Expérience en mésocosme de Svalbard 2010. Les scientifiques se préparent à injecter mer de haute CO2 dans un mésocosme en utilisant « l’araignée ». © Jean-Pierre Gattuso, LOV-CNRS-UPMC

 

Des réductions drastiques et immédiates d’émissions de CO2, allant vers la stabilisation et idéalement à la réduction des niveaux de CO2 atmosphérique, seront nécessaires pour ralentir la progression de l’acidification de l’océan, et celui du changement climatique global.

 

Déploiement préliminaire de mésocosmes pour étudier l'effet de l'acidification des océans sur la communauté pélagique dans le cadre du projet MedSeA. © Francis Louis, CNRS-UPMC

Pour en savoir plus :

Laboratoire d'océanographie de Villefranche (LOV)Nouvelle fenêtre

 

Rio+20, juin 2012

Dans le document final L’avenir que nous voulons, les leaders mondiaux ont fait, entre autres, les observations suivantes :

« Nous recommandons d’appuyer les initiatives visant à lutter contre l’acidification des océans et les incidences du changement climatique sur les ressources et les écosystèmes marins et côtiers. À cet égard, nous réaffirmons la nécessité de coopérer pour empêcher que le phénomène de l’acidification des océans se poursuive et pour améliorer la résilience des écosystèmes marins et des populations qui en dépendent pour survivre, et nous rappelons la nécessité de promouvoir la recherche scientifique marine et le suivi et l’observation de l’acidification des océans et des écosystèmes particulièrement vulnérables, notamment en améliorant la coopération internationale dans ce domaine. »

 

EPOCANouvelle fenêtre

En 2008, la Commission européenne a financé EPOCA, premier projet européen (32 laboratoires partenaires localisés dans 10 pays européens) de recherche sur l’acidification des océans. Ce projet désormais achevé avait pour but de suivre l’évolution de l’acidification des océans et ses effets sur les organismes marins et les écosystèmes, d’identifier les risques liés à la poursuite de l’acidification et de comprendre comment ces changements affecteront l’ensemble du système. En 2011, la Commission européenne a financé le projet Mediterranean Sea Acidification in a changing climate (MedSeA) qui évalue les incertitudes, les risques et les seuils de l’acidification ainsi que du réchauffement de la Méditerranée pour les organismes, les écosystèmes et les échelles économiques.

 

Quelques ressources en français :

http://epoca-project.eu/index.php/what-do-we-do/outreach/215-rug-products.htmlNouvelle fenêtre (guides en plusieurs langues)

 

Foire à QuestionsNouvelle fenêtre

 

Laboratoire virtuelNouvelle fenêtre

 

AnimationNouvelle fenêtre par des enfants anglais, traduit et enregistrés par des enfants monégasques

 

Trailer projet eFOCENouvelle fenêtre

 

En anglais :

Blog sur l’acidificationNouvelle fenêtre

 

Hot, sour and breathless – Ocean stress guideNouvelle fenêtre

 

Sites des principaux projets sur l’acidification des océans :

Biological Impacts of Ocean AcidificationNouvelle fenêtre (BIOACI, projet allemand)

 

Mediterranean Sea Acidification in a Changing ClimateNouvelle fenêtre (MedSeA, projet européen)

 

UK Ocean Acidification research ProgrammeNouvelle fenêtre (UKOA, projet britannique)

 

eFOCENouvelle fenêtre (partenariat international) et xFOCENouvelle fenêtre

 

NOAA Ocean AcidificationNouvelle fenêtre (programme américain)

 

Cultures continues mises en place pour tester les effets des pressions partielles de CO2 sur le phytoplancton. © Sarah Fiorini, LOV-CNRS-UPMC et NIOO

 

Bouée côtière utilisée pour surveiller les paramètres environnementaux dans la baie de Villefranche. © Jean-Michel Grisoni, OOV-CNRS-UPMC

 

Expériences de perturbation sur des algues corallines de Méditerranée. © Sophie Martin, OOV-CNRS-UPMC 



22/07/13