Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Biodiversité du vivant, des stratégies cachées

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

Biodiversité du vivant, des stratégies cachées

Le rôle des bactéries dans la formation de minéraux

Dans l'expression « biominéralisation », il y a deux notions en apparence antinomiques : le « vivant » et le « cristal ». Or, les scientifiques ont montré que les microorganismes interviennent dans la formation des minéraux et ce, depuis la nuit des temps ! Karim Benzerara, directeur de recherche CNRS à l'institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC, CNRS/UPMC/MNHN/IRD) s'intéresse de près aux stratégies mises en oeuvre.

 

La formation de minéraux par les microorganismes intéresse de nombreuses disciplines scientifiques, comme la médecine avec par exemple, les calcifications aortiques ou la formation des calculs rénaux, la biologie avec la formation de chaînes d'oxydes de fer magnétiques dans des bactéries ou encore les sciences de la Terre avec la recherche de traces de vie ancienne et/ou extraterrestre dans les roches. Elle est source d'inspiration pour l'industrie qui met au point des applications environnementales : la détection de molécules données dans l'environnement ou la dépollution (précipitation de phosphates pour le piégeage de polluants comme des éléments radioactifs comme l'uranium)...

Image en MET de chaînes de magnétites dans un vibrio. On remarque les magnétites de plus petite taille à une des extrémités de la chaîne par laquelle elle s’accroît. (de N. Menguy et A. Isambert).

 

La biominéralogie s'est d'abord intéressée aux eucaryotes et aux organismes qui étaient qualifiés de « supérieurs » car il est plus facile d'analyser des échantillons centimétriques ou millimétriques comme des coquillages ou des squelettes de Vertébrés que des objets micrométriques. De plus, la chimie des squelettes des coraux ou des tests de foraminifères est abondamment utilisée comme outil dans les reconstructions paléoclimatiques et dans la compréhension de la nature du message géochimique piégé par ces structures.

 

De la même façon, la compréhension des pathologies du squelette humain a encouragé l'étude des mécanismes de sa formation. De telles signatures sont au coeur des débats sur les scénarios de l'apparition de la vie sur Terre et dans le système Solaire.

Pour en savoir plus :

Institut de minéralogie, de physique des matériaux et de cosmochimie (IMPMC, CNRS/UPMC/MNHN/IRD)Nouvelle fenêtre

 

À lire : Mécanismes de biominéralisation et biosignatures minéralogiquesNouvelle fenêtre

 

Biominéralisation et écophysiologie de l’adaptationNouvelle fenêtre

 

Pour aller plus loin : Interfaces : chimie des matériaux-biologie-médecine III (2015-2016)Nouvelle fenêtre, cours et séminaires de Clément Sanchez, Collège de France

 

L'axe BiominéralisationNouvelle fenêtre du labex MATISSE



25/05/16