Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Climat : un effet rétro décisif pour l'avenir

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Climat : un effet rétro décisif pour l'avenir

Luc Abbadie, professeur UPMC et directeur de l’institute of ecology and environmental sciences[1] de Paris présente l’objet de ses recherches et les enjeux de la conférence Our Common Future Under Climate Change, dont il a animé une session parallèle.

Pouvez-vous nous présenter le sujet abordé lors la session parallèle, ecological feedbacks to climate change, que vous avez animé avec votre collègue Jean-François Silvain de la fondation pour la recherche sur la biodiversité ?

Nous savons que les changements climatiques ont un impact sur la biodiversité et les écosystèmes. Cette session s'est penchée sur la question inverse : en quoi l’évolution des écosystèmes et de la biodiversité va-t-elle impacter le changement climatique ? Pour résumer, les changements climatiques bouleversent les écosystèmes qui à leur tour modifient le changement climatique : on parle de rétroactions de la biodiversité et des écosystèmes sur le changement climatique. Il y a une dépendance réciproque du climat, des écosystèmes et de la biodiversité.

Que retenez-vous de ces échanges ?

Nous avons posé les termes du débat : c’est-à-dire essayer de définir jusqu’où l’on doit aller dans la prise en compte de cette complexité écologique dans les modèles de prévisions du changement climatique. Si l’on entre trop dans le détail, les modèles climatiques vont exploser, à l’inverse si ces données de rétroaction ne sont pas suffisamment intégrées, ces modèles ne seront pas assez fiables. Il faut savoir placer le curseur au bon niveau. Je pense aussi que l’on a porté un message clair : il est urgent de mieux prendre en compte les dynamiques du vivant pour améliorer nos prévisions sur le climat.

Quel rôle l’UPMC et Sorbonne Universités ont à jouer dans ces débats ?

Leur rôle est essentiel. L’UPMC possède une incroyable richesse de laboratoires sur ces thématiques. Si l’on raisonne à l’échelle de Sorbonne Universités, en mesurant l’apport de nos collègues du Muséum national d’histoire naturelle, ou encore celui des collègues, notamment géographes, de Paris-Sorbonne, il existe ici une exceptionnelle densité de compétences, complémentaires entre elles. Sorbonne Universités réunit les sciences de la nature et les sciences de la société. Elle est en position d’agir et d’être un interlocuteur reconnu et incontournable.

[1]IEES : UPMC/CNRS/INRA/IRD/université Paris-Diderot/UPEC

Pour en savoir plus

L'interview filmée de Luc AbbadieNouvelle fenêtre

La vidéo de présentationNouvelle fenêtre de la conférence Our Common Future Under Climate Change

Le site de la conférence Our Common Future Under Climate ChangeNouvelle fenêtre

Le site Demain le ClimatNouvelle fenêtre



23/07/15