Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

La lente adaptation des insectes au changement climatique

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

La lente adaptation des insectes au changement climatique

Les insectes fossiles sont de bons indicateurs biologiques de changement du climat. Des travaux de recherche paléo-entomologique s’appuyant sur les collections du Muséum et sur des fossiles trouvés lors d’expéditions récentes, par exemple au Spitzberg ou en Nouvelle-Calédonie sont menés pour décrire l’évolution des faunes d’insectes du Paléozoïque et du Mésozoïque à l’actuel, en liaison avec le climat.

 

Garnaconis dupeorum Perrichot & Nel, 2014. Petit Coniopterygidae de l'ambre santonien (crétacé sup.) de Vendée, petit insecte carnivore, de l'ordre des Neuroptera. D. R.

 

Des périodes clés sont particulièrement étudiées comme le Paléocène (gisement de Menât dans le Puy-de-Dôme) qui a suivi la crise Crétacée. Ces travaux s’appuient sur des études phylogénétiques et paléo-écologiques portant sur les insectes fossiles depuis le Dévonien (-400 millions d’années) jusqu’au Pliocène. Les fossiles étudiés proviennent d’ambres fossiles mais aussi d’impressions dans les sédiments et sont collectés sur tous les continents.

 

Aux études morphologiques se rajoutent des études taphonomiques sur les conditions de fossilisation et la nature chimique des fossiles qui peuvent nous renseigner sur les conditions paléo-environnementales. Des études globales comparées sur la diversité et la paléo-diversité des insectes sont cruciales pour anticiper l’évolution de la biodiversité des insectes, groupe majeur du fonctionnement des écosystèmes.

Pour en savoir plus :

Institut de systématique, évolution, biodiversité (ISYEB, CNRS/MNHN/UPMC/EPHE)Nouvelle fenêtre

 

André Nel est professeur MNHN et Romain Garrouste est ingénieur d’études MNHN. Ils travaillent dans l’équipe « Évolution fonctionnelle et systématique » (EvoFonc) de l’ISYEB.

 

Coopérations avec diverses universités en France (Montpellier, Rennes, Poitiers, Lyon, etc.), l’université de Barcelone (Espagne), Natural History Museum (UK), l’Université Charles (République tchèque), l’Académie des Sciences de Russie, l’Université de Beyrouth (Liban), l’Académie des Sciences de Chine (Nanjing, Beijing), Smithsonian Institution (USA), Kansas University, University of Califormia, Yale University (USA).



16/06/15