Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

La croissance peut-elle être verte ?

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Contact

Direction de la communication

 

Marie Pinhas-Diena, responsable de la communication scientifique l T. 01 44 27 22 89 l M. marie.pinhas@upmc.fr

La croissance peut-elle être verte ?

Le chômage a disparu. Ou presque. À 3%, il est considéré comme frictionnel. La croissance est repartie. Les déficits budgétaires (nets d’investissements structurels d’avenir) y sont inférieurs à 1,5%. Les conflits entre industriels et écologistes n’apparaissent plus que dans les livres d’histoires. Y sont mentionnés Sievens, les zadites, parfois Fukushima. C’était la période avant le « new deal » vert européen, instaurant la fiscalité « verte », la mondialisation du marché des certificats de quota d’émission carbone, et le revenu garanti inconditionnel. L’Union européenne, avec un taux de croissance de PIB « vert » net de 3,1 % annuel (un PIB dont sont déduits les couts environnementaux dus à l’activité économique) est devenue la zone économique la plus dynamique du monde (bien avant la Chine).

 

Projet de cartographie « Développement durable » à l'UTC. © P. Jollivet-Courtois et al.

 

Le dernier docu-fiction d’Arte ? Non. Le discours économique contemporain de nombre d’institutions internationales dominantes (Banque Mondiale, Commission Européenne…). La « croissance verte » va nous sauver, ouvrant un nouveau cycle long de croissance. Qu’en est-il vraiment ?

Pour en savoir plus :

Conférence de Pascal Jollivet-Courtois, enseignant-chercheur UTC et membre de l’unité de recherche « Connaissance Organisation et Systèmes TECHniques » (Costech). Cycle « Mutations de l'homme et de son environnement » de l’université d’été en Sorbonne 2015 de Sorbonne universités.

 

Unité de recherche « Connaissance Organisation et Systèmes TECHniques » (Costech)Nouvelle fenêtre



09/06/15