Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

3ème édition des Doctoriales Sorbonne Universités

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

Troisième édition des Doctoriales ® Sorbonne Universités

La 3ème édition des Doctoriales ® Sorbonne Universités a lieu du lundi 11 au vendredi 15 avril 2016 au centre international d'études pédagogiques (CIEP) à Sèvres. Une semaine pour permettre aux doctorants d'appréhender toutes les étapes du processus d'innovation et de valorisation, de s'informer sur les débouchés professionnels possibles et de développer leur réseau.

Trois questions à trois participants des doctoriales 2015

 

Comment se déroulent les journées pendant le séminaire ?

Fabio Benedetti, doctorant en deuxième année à l’UPMC, sur une bourse d’un programme européen, le KIC-Climat.

« Les journées sont intenses ! Les présentations des intervenants et les tables rondes sont séparées par les quelques pauses et le travail de groupe encadré par des coachs très sympas. Le dîner précède toujours le travail en groupe qui peut facilement se terminer au-delà de minuit. Ma séance préférée a été (comme beaucoup) le cours de prise de parole par les comédiens ! Je trouve vraiment que ce type d’exercice est très enrichissant, quels que soient les parcours et les perspectives de carrière. Le séminaire sur la propriété intellectuelle est très informatif aussi. Les soutenances devant le panel d’experts ont été excitantes à suivre ! »

 

Que retiendrez-vous de cette participation ?

Jean-Michel Becu, biologiste spécialisé en bioinformatique, en fin de thèse à l’UTC en traitement de l’information et du signal.

« Mon rapport au secteur privé et aux start-ups a changé. Avant les Doctoriales ®, j’y vois maintenant un dynamisme et un nouveau champ de possibilités. Je ne pense pas avoir le courage de prendre le risque de monter une entreprise, mais j’avoue fortement penser à rentrer dans ce secteur. L’échange humain durant toute cette semaine et particulièrement dans notre petit groupe de 4 personnes pour le projet m’a marqué. Quand je vois tout le travail qui a été abattu par des personnes ne parlant pas le même langage, avec des origines différentes et qui ont su apporter leurs touches au projet en mettant leur orgueil au placard, je me dis que finalement le milieu des startups ou du privé, doit peut-être y ressembler. La pression nous oblige à nous surpasser, ce qui n’était pas si désagréable, et la multiplicité des problématiques oblige à sortir du microcosme dans lequel nous met souvent le système académique où nous ne voyions qu’un groupe restreint de personnes parlant le même langage. »

 

Conseillerez-vous aux doctorants d’y participer ?

Isabelle Stabarin, doctorante inscrite en 1ère année de doctorat en linguistique à Paris-Sorbonne dans l’école doctorale Concepts et langages.

« Absolument, car je pense qu’il faut saisir les occasions de développement personnel et cela en est (aussi) une. Cela permet en outre aux doctorants d’envisager de créer leur propre entreprise quel que soit leur domaine de recherche… ou en tout cas de ne plus l’exclure ! J’ai eu l’opportunité de rencontrer des chercheurs et des professionnels de disciplines très différentes. J’ai pu collaborer avec eux à la simulation d’un projet et constater qu’effectivement nous avions chacun quelque chose à y apporter. Faire quelque chose de différent, de créatif donne cette satisfaction de voir s’ouvrir de nouveaux horizons. »

 

Pour en savoir plus

Les DoctorialesNouvelle fenêtre

Retrouvez les témoignages complets Nouvelle fenêtre



13/04/16