Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

CAP en Fac : coopération avec les lycées de zones sensibles

accès rapides, services personnalisés

Rechercher

Recherche détaillée

CAP en Fac : coopération avec les lycées de zones sensibles

"Notre ambition est de faire de l’UPMC une université de premier choix pour les bacheliers" explqiue Patrick Porcheron, vice-président des formations. "Or, le dispositif d’orientation active dématérialisé auquel nous avons participé l’an dernier n’a joué que très partiellement son rôle puisque ce sont principalement les bons élèves qui s’y sont intégrés. La mise en place du dossier unique et d’un portail académique francilien d’information sont des avancées indéniables, mais la dématérialisation de la procédure et la coexistence d’examen séquentiel des dossiers par des filières sélectives puis par l’université perpétuera le problème de l’inscription par défaut à l’université."

C’est pourquoi l’UPMC s’est engagée depuis plusieurs années dans un effort de recrutement actif de lycéens et lycéennes, volontaires et motivés, venant de zones urbaines sensibles, baccalauréat technologique, baccalauréat général S avec mention.

"Afin de faire reculer la sélection perverse liée aux a priori culturels ou sociaux, l’UPMC entend poursuivre les actions visant à promouvoir une orientation réfléchie des élèves, basée sur un projet personnalisé, en adéquation avec l’offre de formation de l’université. La coopération entamée dans le cadre du dispositif ’Pour une université ouverte à tous’ avec des lycées de zones urbaines sensibles de Paris et d’Ile-de-France permet d’attirer des bacheliers scientifiques et technologiques motivés par des études scientifiques et dont les projets d’études ou de carrière correspondent à notre offre de formation" explique Patrick Porcheron.

Les actions mises en place par l’UPMC avec 8 lycées ces dernières années concernent l’adaptation et le soutien pédagogique ainsi que des aides matérielles. Elles visent à favoriser la réussite de ces bacheliers, à accroître le nombre de diplômés dans les secteurs scientifiques et à rendre à l’UPMC un rôle actif dans la promotion de bacheliers qui se détournent actuellement des études scientifiques longues.

Un dispositif efficace et apprécié par les étudiants recrutés. Les équipes pédagogiques des lycées reconnaissent qu’il "induit une émulation chez leurs élèves". Le nombre de lycées partenaires est donc amené à augmenter et l’effectif actuel d’une cinquantaine d’étudiants concernés par ces actions doit au moins tripler d’ici 2012.



17/06/08